Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Health care services and disease modifying therapies use in community-based multiple sclerosis patients: Evolution from 2013 to 2015 and demographic characteristics - 09/12/18

Recours aux soins et aux traitements modificateurs de la maladie des patients atteints de sclérose en plaques en population générale: évolution de 2013 à 2015 et caractéristiques démographiques

Doi : 10.1016/j.lpm.2018.04.013 
Philippe Ha-Vinh 1, , Stève Nauleau 2, Marine Clementz 1, Pierre Régnard 1, Laurent Sauze 2, Henri Clavaud 2
1 Régime Social des Indépendants RSI, 13002 Marseille, France 
2 Agence Régionale de Santé ARS, 13002 Marseille, France 

Philippe Ha-Vinh, Agence de la sécurité sociale pour les indépendants de Provence-Alpes, service médical, 29, boulevard de Dunkerque, CS 11530, 13235 Marseille cedex 02, France.Agence de la sécurité sociale pour les indépendants de Provence-Alpes, service médical29, boulevard de Dunkerque, CS 11530Marseille cedex 0213235France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le dimanche 09 décembre 2018
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Summary

Interest of the work

Multiple sclerosis (MS) disease modifying therapies (DMT) utilization increased during the last decade with the approval of new drugs. Symptomatic treatments also play an important role. Describing time trends and demographic characteristics for DMT and symptomatic treatments utilization in population-based MS patients will lead to a better knowledge of the resources distribution.

Methods

Repeated cross-sectional analysis on each calendar year were implemented retrospectively on the health insurance claims database in France from 2013 until 2015 regarding DMT, fampridine, fluoxetine, psychiatrist office visits, and Physical therapy sessions to calculate an utilization rate defined as the number of MS patients (whenever the date of diagnosis) who filled at least 1 prescription or service within the studied calendar year per cent MS patients covered the same calendar year (number of users per cent MS population per annum). Beneficiaries with MS were identified by their exemption of co-payment for long-term disease (ALD).

Results

DMT utilization rate increased from 34.22% in 2013 to 38.73% in 2015. The increase was due to recently developed DMT as first-generation DMT utilization rate decreased from 30.20% to 20.06%. Rates were not different between genders but significantly decreased with age. The average age of users was significantly lower for DMT than for symptomatic treatments (recently developed DMT: 43.63, first-generation DMT: 45.84, psychiatrist office visits: 49.08, Fampyra®: 55.41, Physical therapy sessions: 55.88, fluoxetine: 58.26). Regional DMT utilization rates ranged from 31.68% in Auvergne-Rhône-Alpes to 42.58% in Normandie. They were not correlated to regional rates of MS prevalence (R-Square=0.0558; P=0.2556) nor to the presence of a MS reference centre in the region (Chi-Square=0.0190; P=0.8905). In 2015 the six DMTs with the highest rates were by decreasing orders: Tecfidera®, Avonex®, Gilenya®, Aubagio®, Copaxone®, and Rebif®. Half of them were recently developed orally-administered drugs.

Perspectives

Complex factors may explain the interprovincial variability. Low DMT utilization rates in the most aged patients who also have the highest recourse rate to symptomatic treatments reflect the fact that the indication of disease modifying therapies do not address older patient's needs. New DMTs with medical indications for the late degenerative phase are needed.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Intérêt du travail

L’utilisation des traitements modificateurs de la maladie (TMM) dans la sclérose en plaques (SEP) a augmenté au cours de la dernière décennie avec l’apparition de nouveaux médicaments. Les traitements symptomatiques ont aussi un rôle important. Décrire les tendances temporelles et les caractéristiques démographiques du recours aux TMM et aux traitements symptomatiques des patients atteints de SEP dans la population générale permettront une meilleure compréhension de la répartition des ressources.

Méthodes

Une analyse transversale répétée pour chaque année civile a été réalisée rétrospectivement sur la base de données des remboursements d’assurance maladie en France de 2013 à 2015 en ce qui concerne les traitements modificateurs de la maladie, la fampridine, la fluoxétine, les consultations de psychiatre et les séances de kinésithérapie pour calculer un taux d’utilisation défini comme le nombre de patients atteints de SEP (quelle que soit la date du diagnostic) qui ont demandé le remboursement au cours de l’année civile analysée d’au moins une ordonnance ou un acte pour cent patients atteints de SEP couvert la même année civile (nombre d’utilisateurs pour cent patients par an). Les bénéficiaires atteints de SEP ont été identifiés par leur exonération du ticket modérateur pour affection de longue durée (ALD).

Résultats

Le taux d’utilisation de TMM est passé de 34,22 % en 2013 à 38,73 % en 2015. Cette augmentation est attribuable aux TMM récemment développés, car le taux d’utilisation des TMM de première génération a diminué de 30,20 % à 20,06 %. Les taux d’utilisation n’étaient pas différents en fonction du sexe mais diminuaient considérablement avec l’âge. L’âge moyen des utilisateurs était significativement plus faible pour le TMM que pour les traitements symptomatiques (TMM récemment développé: 43,63, TMM de première génération: 45,84, consultations de psychiatre: 49,08, FAMPYRA: 55,41, Séances de physiothérapie: 55,88, Fluoxétine: 58,26). Les taux d’utilisation de TMM variaient selon les régions de 31,68 % en Auvergne-Rhône-Alpes à 42,58 % en Normandie. Ils n’étaient pas corrélés aux taux régionaux de prévalence de la SEP (R-Square=0,0558 ; p=0,2556) ni à la présence d’un centre de référence SEP dans la région (Chi-Square=0,0190 ; p=0,8905). En 2015, les six TMM avec les taux d’utilisation les plus élevés étaient par ordre décroissant: Tecfidera®, Avonex®, Gilenya®, Aubagio®, Copaxone®, et Rebif®. La moitié d’entre eux sont des médicaments récemment développés administrés par voie orale.

Perspectives

Des facteurs complexes peuvent expliquer la variabilité interrégionale. Les taux d’utilisation faibles de TMM chez les patients les plus âgés qui ont aussi les taux de recours les plus élevés aux traitements symptomatiques reflètent le fait que les indications des traitements modificateurs de la SEP ne répondent pas aux besoins des patients plus âgés. De nouveaux TMM avec une indication pour la phase dégénérative tardive de la SEP sont nécessaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.