Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Bevacizumab: Is the lower the better for glioblastoma patients in progression? - 12/12/18

Bevacizumab : intérêt de posologies inférieures dans le traitement des glioblastomes à la récidive ?

Doi : 10.1016/j.bulcan.2018.07.010 
Lila Sirven-Villaros 1, , Véronique Bourg 1, Laurent Suissa 2, Lydiane Mondot 3, Fabien Almairac 4, Denys Fontaine 4, Philippe Paquis 4, Fanny Burel-VandenBos 5, Marc Frenay 1, Pierre Thomas 1, Christine Lebrun-Frenay 1
1 Université Côte d’azur, hôpital Pasteur 2, neuro-oncology, 30 voie romaine, 06000 Nice, France 
2 Université Côte d’azur, hôpital Pasteur 2, neuro vascular unit, 30 voie romaine, 06000 Nice, France 
3 Université Côte d’azur, hôpital Pasteur 2, neuro-radiology, 30 voie romaine, 06000 Nice, France 
4 Université Côte d’azur, hôpital Pasteur 2, neurosurgery, 30 voie romaine, 06000 Nice, France 
5 Université Côte d’azur, hôpital Pasteur 2, anatomopathology, 30 voie romaine, 06000 Nice, France 

Lila Sirven-Villaros, université Côte d’azur, hôpital Pasteur 2, neuro-oncology, 30 voie romaine, 06000 Nice, France.université Côte d’azur, hôpital Pasteur 2, neuro-oncology30 voie romaineNice06000France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 12
Iconographies 5
Vidéos 0
Autres 0

Summary

Introduction

Based on the radiological responses obtained with a schedule of ten mg/kg every two weeks bevacizumab was approved by the FDA for recurrent glioblastomas. Due to the negative results concerning overall survival of patients receiving bevacizumab, the European application was rejected. Despite this, many centers apply an off-label prescription. Our aim was to evaluate the safety and efficacy of schedules of low doses of bevacizumab.

Methods

From September 2013 to August 2016, we recruited patients with progressive glioblastoma, whatever the previous treatments. We compared a routine control group (CG) of ten mg/kg, to a low dose group (LDG) composed of 5 subgroups: G5: five mg/kg, G4: four mg/kg, G3: three mg/kg, G2: two mg/kg, G1: one mg/kg; each patient was treated with the same dose every two weeks.

Results

Fifty-three patients were treated: 20 women and 33 men, 24 in the CG and 29 in the LDG. The median age at diagnosis was 62 years [35.0–77.0]. No statistical difference was found in overall survival either for the CG or the LDG (P=0.086) or among groups (P=0.251), with even a trend toward improvement for LDG: 62 weeks [20–145] versus 73 weeks [18–178]. The median progression free survival was comparable: 19.5 weeks [6.0–54.0] for the CG and 15.0 weeks [0.0–134.0] for the LDG (P=0.221). Bevacizumab was stopped either due to progression (45.1%) or toxicity (52.9%), without significant differences between doses but maybe less toxicities in the LDG (16.7% for toxicity in G1).

Discussion

Use of bevacizumab at progression at lower than usual doses seems to give the same results as the standard dose without giving additional toxicity.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

Le bevacizumab a été approuvé par la FDA pour les glioblastomes récidivants sur des réponses radiologiques à dix mg/kg en bimensuel. Malgré le refus d’AMM vu l’absence de preuve d’efficacité sur la survie globale, de nombreux centres européens le prescrivent. Notre objectif était d’évaluer l’efficacité et la tolérance de doses plus basses de bevacizumab pour les glioblastomes récidivants.

Méthodes

Nous avons inclus de septembre 2013 à août 2016 des glioblastomes récidivants quels que soit les traitements antérieurs. À la dose habituelle de dix mg/kg (GC), nous avons comparé des doses plus basses (GB) réparties en cinq sous-groupes : G5 : cinq mg/kg, G4 : quatre mg/kg, G3 : trois mg/kg, G2 : deux mg/kg, G1 : un mg/kg. Chaque patient recevait la même dose toutes les deux semaines.

Résultats

Cinquante-trois patients ont été traités : 20 femmes et 33 hommes, 24 dans GC, 29 dans GB. L’âge médian au diagnostic était de 62 ans [35–77]. La survie globale médiane était comparable entre les groupes, avec même une tendance à l’amélioration dans GB : 62 semaines [20–145] pour GC et 73 semaines [18–178] pour GB, p=0,086. Aucune différence n’est apparue parmi les sous-groupes (p=0,251). La survie sans progression était comparable avec une médiane de 19,5 semaines [6,0–54,0] pour GC ; de 15,0 semaines [0,0–134,0] pour GB, p=0,221. Les causes d’arrêt thérapeutique étaient superposables : 58 % pour toxicité dans GC et 52 % dans GB (avec 17 % dans G1).

Discussion

Utiliser le bevacizumab à des doses plus faibles à la progression de glioblastomes semble entraîner le même effet thérapeutique sans toxicité surajoutée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Glioblastoma, Bevacizumab, Recurrence, Progression, Toxicity

Mots clés : Glioblastome, Bevacizumab, Récidive, Récurrence, Progression, Toxicité


Plan


 Congress presentations: EAN (European Academy of Neurology) 2016: oral communication. T105: Bevacizumab: is the lower the better for glioblastoma patients in progression? L. Sirven-Villaros, V. Bourg, L. Mondot, F. Burel-Vandenbos, D. Fontaine, M. Frenay, C. Lebrun-Frenay. AAN (American Academy of Neurology) 2017: poster and oral discussion. P5.167: Bevacizumab: is the lower the better for glioblastoma patients in progression? Sirven-Villaros L, Bourg V, Mondot L, Fontaine D, Vandenbos F, Lebrun-Frenay C. Bevacizumab: is the lower the better for glioblastoma patients in progression? Neurology 2017;88(16):(P5.167). ANOCEF Congress 2017: oral communication. Bevacizumab: is the lower the better for glioblastoma patients in progression? Sirven-Villaros L.


© 2018  Société Française du Cancer. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 105 - N° 12

P. 1135-1146 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Administration de trastuzumab par voie sous-cutanée à domicile : retour d’expérience des patientes traitées en 2016 par l’hospitalisation à domicile Santé Service
  • Christine Pailler, Thierry Chapot, Souad Softa, Nicolas Gandrille, Deborah Ruiz, Sylvaine Mathieu, Suzette Delaloge
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation de la disparité de prise en charge des patients avec une leucémie lymphoïde chronique en France
  • Yann Rateau, Michael Harbouche, Gandhi Damaj, Xavier Troussard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.