Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

ANALYSE DES VARIATIONS DE LA DOSE DÉLIVRÉE AU PATIENT EN ANGIOGRAPHIE CÉRÉBRALE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE - 21/03/08

Doi : JNR-12-2004-31-5-0150-9861-101019-ART07 

D. BEN SALEM [1],

D. MARTIN [1],

L.S. AHO [2],

P.M. WALKER [3],

A. LALANDE [3],

F. BRUNOTTE [3],

D. KRAUSE [4],

F. RICOLFI [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectifs : Analyse dosimétrique en angiographie cérébrale, en fonction du type de pathologie rencontrée et de la technique utilisée.

Matériels et méthodes : Exploitation des données cliniques et dosimétriques (produit dose × surface, nombre de série, temps de scopie et de graphie), issues de 84 angiographies cérébrales diagnostiques et de 32 embolisations cérébrales.

Résultats : Les angiographies diagnostiques ont été réparties en trois catégories :

A/ celle où le diagnostic était un anévrysme embolisé secondairement : n = 17.

B/ celle où le diagnostic final était celui d’une malformation artério-veineuse (MAV) : n = 10.

C/ celle qui ne comportait ni MAV, ni anévrysme à emboliser : n = 57.

Les embolisations cérebrales ont été classées en deux sous-groupes :

K/ celui dans lequel l’embolisation a immédiatement suivi l’angiographie diagnostique : n = 15.

L/ celui où l’embolisation de l’anévrysme n’a eu lieu que 24 à 48 H après l’angiographie : n = 17.

Le produit dose x surface (PDS) moyen du groupe B contenant les MAV est supérieur aux valeurs des groupes A et C, du fait d’un allongement de la durée de la graphie. L’adjonction de séries de repérage dans le groupe L contribue à l’augmentation du temps de pose (différence de temps significative : p = 0,0054), et donc, au fait que le PDS L est supérieur au PDS K. Enfin, il existe une forte corrélation entre la durée de la scopie et le PDS (n = 116 ; r = 0,931 ; p ≪ 0,0001).

Conclusion : Les angiographies cérébrales diagnostiques sont plus irradiantes en présence de MAV. Les PDS des embolisations sont plus élevés en cas de séparation dans le temps des deux phases (diagnostique/thérapeutique).

Abstract

Analysis of variation in delivered dose in diagnostic and therapeutic cerebral angiography

Objectives: Analysis of dose-area product (DAP) in cerebral angiography, according to the type of pathology and technique used.

Materials and methods: Use of dosimetric and clinical data resulting from 84 diagnostic cerebral angiograms and 32 cerebral embolizations.

Results: The diagnostic angiography data were divided into three categories

A/ When a secondarily embolized aneurysm was diagnosed: n=17.

B/ When the final diagnosis was an arteriovenous malformation (AVM): n=10.

C/ In the case where the diagnosis was neither AVM, nor aneurysm to embolize: n=57.

The cerebral embolizations were classified in two sub-groups:

K/ When the embolization immediately followed the diagnostic angiogram: n=15.

L/ When the embolization of the aneurysm took place 24 to 48H after the angiography: n=17.

The mean DAP of group B containing the AVM is higher than mean DAP values in groups A and C, because of the increased cinegraphic time. There is a strong correlation between the duration of the fluoroscopy and the DAP (n=116; r=0.931; p≪0.0001). Addition of runs in the group L contributes to the augmentation of the exposure time (significant difference in time: p=0.0054) and thus with the fact that DAP L > DAPK.

Conclusion: Radiation dose during diagnostic cerebral angiography is increased in the presence of AVM. DAP of embolizations are higher when diagnostic and therapeutic phases are separated in time.


Mots clés : produit dose surface , dosimétrie , angiographie cérébrale , neuroradiologie interventionnelle , malformation artério-veineuse

Keywords: dose-area product , dosimetry , cerebral angiography , interventional neuroradiology , arteriovenous malformation


Plan



© 2004 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 5

P. 379-383 - décembre 2004 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • MALFORMATIONS ARTÉRIOVEINEUSES INTRACÉRÉBRALES ET GROSSESSE : QUELLE PRISE EN CHARGE ?
  • M. PIOTIN, C. MOUNAYER, L. SPELLE, J. MORET
| Article suivant Article suivant
  • THE ENDOVASCULAR MANAGEMENT OF PERICALLOSAL ARTERY ANEURYSMS
  • P. KESTON, P.M. WHITE, L. HORRIBINE, R. SELLAR

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.