Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La maladie des exostoses multiples - 10/01/19

Hereditary multiple exostosis

Doi : 10.1016/j.monrhu.2018.12.006 
François Robin a, , Mickael Ropars b, Philippe Violas c, Daniel Chappard d, Isabelle Ract e, Florence Burtin f, Olivier Loréal g, Pascal Guggenbuhl h
a Inserm U1241, service de rhumatologie, CHU Pontchaillou, 35000 Rennes, France 
b Service de chirurgie orthopédique, CHU Pontchaillou, 35000 Rennes, France 
c Service de chirurgie pédiatrique, hôpital Sud, boulevard de Bulgarie, 35000 Rennes, France 
d Groupe études remodelage osseux et biomatériaux (GEROM), 49100 Angers, France 
e Service d’imagerie médicale, CHU Pontchaillou, 35000 Rennes, France 
f Service d’anatomie et cytologie pathologiques, CHU Pontchaillou, 35000 Rennes, France 
g Inserm, université Rennes, Inra, institut NUMECAN, 35000 Rennes, France 
h CHU Rennes, inserm, université Rennes, Inra, institut NUMECAN, 35000 Rennes, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le jeudi 10 janvier 2019
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Résumé

La maladie des exostoses multiples (MEM) est l’une des maladies héréditaires les plus fréquentes. Elle est caractérisée par la prolifération de protubérances osseuses, surtout localisées à proximité de la métaphyse des os longs. Le phénotype de la maladie peut aussi associer des anomalies de formes et de longueurs des os longs, comme la déformation typique dite de « Bessel Hagen ». Cliniquement, la plainte principale des patients reste la douleur, mais les conséquences psychologiques et sociales ne doivent pas être minimisées. La complication rare (2 à 5 % des cas), mais la plus redoutée, reste la transformation en chondrosarcome, ce qui motive une surveillance régulière clinique et radiologique de ces patients. Ce suivi, bien qu’indispensable, reste mal défini et comprend au minimum un examen clinique annuel et un suivi radiologique orienté en fonction des symptômes décrits par les patients. Le traitement reste principalement chirurgical, les patients étant le plus souvent multi-opérés au cours de la maladie. Les traitements médicaux restent secondaires. Les dernières années ont permis d’avancer sur la connaissance de la physiopathologie de cette maladie, notamment avec la découverte de la mutation des gènes EXT, retrouvée dans 80 % des cas des MEM. Ces gènes, suppresseurs de tumeurs, codent pour des protéines agissant dans la synthèse des héparanes sulfates (HS). La diminution de la quantité d’HS entraîne des modifications de certaines voies métaboliques expliquant le développement de plaques de croissance ectopiques, à l’origine des exostoses osseuses, mais aussi la faible croissance longitudinale des os longs. La plus grande connaissance des mécanismes sous-tendant cette maladie permet d’envisager des cibles thérapeutiques potentielles.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Hereditary multiple exostosis (HEM) is one of the most common hereditary diseases. It is characterized by the proliferation of bone protuberances, especially located in the metaphysis of long bones. The disease phenotype may also associate abnormalities in the shape and length of long bones, such as the typical “Bessel Hagen” deformity. Clinically, the main complaint of patients remains pain, but the psychological and social consequences should not be minimized. The rare complication (2 to 5% of cases) but the most feared is the transformation into chondrosarcoma, which motivates regular clinical and radiological monitoring of these patients. This follow-up, although essential, remains poorly defined, including at a minimum, an annual clinical examination and radiological follow-up based on the symptoms described by the patients. The treatment remains mainly surgical, with patients being most often multi-operated during the course of the disease. Medical treatment remains secondary. In recent years, progress has been made in understanding the pathophysiology of this disease, particularly with the discovery of the mutation of EXT genes, found in 80% of HME cases. These tumor suppressor genes encode proteins that act in the synthesis of heparan sulfates (HS). The decrease in the amount of HS leads to changes in certain metabolic pathways, which explains the development of ectopic growth plaques, which are the cause of bone exostosis, but also the poor longitudinal growth of long bones. The greater knowledge of the mechanisms underlying this disease makes it possible to consider potential therapeutic targets.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Maladie des exostoses multiples, Héparanes sulfates, Gènes EXT, Exostoses osseuses, Chondrocytes

Keywords : Hereditary multiple exostosis, Heparan sulfates, EXT genes, Bone exostosis, Chondrocytes


Plan


© 2019  Société Française de Rhumatologie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.