Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La maladie de Gaucher : quand y penser ? - 11/01/19

Gaucher disease: A review

Doi : 10.1016/j.revmed.2018.11.012 
Y. Nguyen a, , b , J. Stirnemann b, c, N. Belmatoug a, b
a Service de médecine interne, hôpitaux universitaires Paris Nord–Val-de-Seine, hôpital Beaujon, Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP–HP), 100, boulevard du Général-Leclerc, 92110 Clichy, France 
b Centre de référence des maladies lysosomales, hôpitaux universitaires Paris Nord–Val-de-Seine, hôpital Beaujon, Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP–HP), 100, boulevard du Général-Leclerc, 92110 Clichy, France 
c Service de médecine interne générale, hôpitaux universitaires de Genève, 4, rue Gabrielle-Perret-Gentil, 1211 Genève, Suisse 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le vendredi 11 janvier 2019

Résumé

La maladie de Gaucher est une maladie génétique rare à transmission autosomique récessive, due à un déficit enzymatique en glucocérébrosidase entraînant une accumulation de son substrat, le glucosylcéramide, dans les lysosomes des macrophages. Dans la population générale, son incidence oscille entre 0,4 et 5,8 pour 100 000 habitants. La maladie de Gaucher de type 1 est la plus fréquente et se caractérise par son extrême hétérogénéité, comprenant des formes asymptomatiques et des formes de gravité variable. Elle se manifeste principalement par une thrombopénie, une anémie, une hépatosplénomégalie et une atteinte osseuse parfois sévère. La maladie de Gaucher de type 2 et de type 3 comprennent des atteintes neurologiques potentiellement très sévères. Le diagnostic de maladie de Gaucher est confirmé par la mise en évidence d’un déficit de l’activité de la glucocérébrosidase dans les leucocytes, ainsi que par l’identification des variants pathogènes des deux allèles du gène GBA1. Le type 1 est associé à un risque accru de maladie de Parkinson, de certains cancers solides et d’hémopathies dont le myélome multiple. Les traitements spécifiques par enzymothérapie substitutive ou par réduction de substrats sont indiqués dans les formes symptomatiques de MG de type 1. Seule l’enzymothérapie est indiquée pour le type 3. Les traitements améliorent la qualité de vie et le pronostic. La rareté de la MG et la variabilité de ses signes cliniques entraînent des retards diagnostiques. L’enjeu est celui d’une meilleure connaissance des situations devant faire évoquer la MG, afin d’initier un traitement avant les complications irréversibles.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Gaucher disease is a rare autosomal recessive genetic disease, caused by a deficiency of the lysosomal enzyme, glucocerebrosidase that leads to the accumulation of its substrate (glucosylceramide) in lysosomal macrophages. In the general population, its incidence varies between 0.4 and 5.8/100,000 inhabitants. Type 1 Gaucher disease is the most frequent and is characterized by its extreme heterogeneity including asymptomatic or more severe presentations. The most frequent symptoms are anemia, thrombocytopenia, splenomegaly, and/or hepatomegaly, and a potentially severe bone involvement. Type 2 and type 3 Gaucher diseases are associated with neurological involvement that can be severe. Diagnosis is confirmed by demonstrating a deficiency of glucocerebrosidase activity in leucocytes, and by the identification of biallelic pathogenic variants in GBA1 gene. Type 1 Gaucher disease is associated with a higher risk of Parkinson disease, some solid cancers, and hematologic diseases in particularly multiple myeloma. Specific treatment, such as enzyme replacement therapy or substrate reduction therapy is indicated in symptomatic type 1 Gaucher disease. Only enzyme replacement therapy is indicated in type 3 Gaucher disease. Treatment improves quality of life and prognosis. The rarity of Gaucher disease and its wide variability in clinical presentations lead to diagnosis delays. There is a strong need for a better knowledge of its symptoms among physicians, to reduce irreversible complications.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Maladie de Gaucher, Maladie de surcharge lysosomale, Splénomégalie

Keywords : Gaucher disease, Lysosomal storage disorder, Splenomegaly


Plan


© 2018  Société Nationale Française de Médecine Interne (SNFMI). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.