Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Kératoses actiniques inflammatoires sous panitumumab : un effet secondaire méconnu - 15/01/19

Doi : 10.1016/j.annder.2018.09.241 
K. Hourbeigt 1, , S. Stein 1, M. Condamina 1, A. Durlach 2, A. Grange 1, L. Visseaux 1, F. Grange 1
1 Oncodermatologie, hôpital Robert-Debré 
2 Laboratoire d’anatomopathologie Pol Bouin, Reims, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le panitumumab (PTM) est un anticorps monoclonal anti-récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR), entièrement humain, moins allergisant que le cétuximab (CTX), utilisé principalement dans les carcinomes épidermoïdes de la sphère ORL. Son efficacité dans les carcinomes spinocellulaires (CSC) inopérables a été rapportée dans un essai clinique de phase 2. Les effets secondaires cutanés communs aux différents anti-EGFR sont l’éruption acnéiforme, la xérose, les fissures, les anomalies pilaires, les mucites et les lésions unguéales. Nous rapportons quatre cas originaux d’inflammation majeure de kératoses actiniques (KA) sous PTM.

Observations

Après la survenue dans un service de dermatologie de deux chocs anaphylactiques lors d’une première perfusion de CTX, 17 patients ont reçu du PTM (6mg/kg) pour un CSC inopérable. Parmi eux, 3 hommes et une femme d’âge moyen 82 ans, traités en 1re ligne par PTM+radiothérapie (cas A, B, C) ou en 2e ligne par PTM seul (cas D), pour un CSC cervical droit T4N0M0 (A), de l’oreille gauche T4N0M0 (B), de la paupière supérieure droite T4N0M0 (C) et cervical droit T2N+M1 (D) ont développé après le 3e (A), 4e (B, C) et 8e (D) cycle de PTM une inflammation majeure autour de KA du visage (A, B, C, D), du dos des mains (A) ou du cuir chevelu (B). Les lésions réalisaient une inflammation profuse, de grade 3, affichante, renforcée autour de chaque KA, mettant en évidence des champs de cancérisation souvent mal visibles avant le traitement. L’inflammation des KA était associée à des folliculites acnéiformes de grade 1 ou 2 dans 3 des 4 cas, améliorée par la doxycycline, peu efficace sur les KA inflammatoires. Chez deux patients (A, B), l’examen histologique montrait autour d’une KA non transformée un infiltrat inflammatoire dermique dense, essentiellement composé de polynucléaires neutrophiles (A), ou en bande sous-épidermique, composé de lymphocytes, plasmocytes, polynucléaires neutrophiles et rares éosinophiles (B). L’évolution était marquée par une tendance à la régression parallèle des KA et de l’inflammation. Celle-ci était complète chez une patiente, parallèlement à la régression complète du CSC (C) (Annexe A).

Discussion

L’inflammation de KA secondaire aux anti-EGFR a été rapportée à notre connaissance dans une seule observation en 2011, après deux cures de CTX, chez une patiente âgée traitée pour un CSC cutané. Notre série suggère qu’il s’agit d’un effet probablement plus fréquent sous PTM, clairement différent des folliculites sous anti-EGFR, mais non rapporté, probablement en raison de la rareté d’utilisation du PTM chez les patients suivis en dermatologie, tandis que ceux suivis en ORL ont beaucoup moins de KA. Des études complémentaires sont nécessaires pour préciser la fréquence de régression des KA inflammatoires sous traitement, et la corrélation avec la réponse tumorale globale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Carcinome épidermoïde, Panitumumab, Kératose actinique


Plan


 Les illustrations et tableaux liés aux abstracts sont disponibles à l’adresse suivante : https://doi.org/10.1016/j.annder.2018.09.241.


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 145 - N° 12S

P. S176 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Lésion cutanée axillaire atypique : penser au sein ectopique
  • F. Deilhes, C. Richet, M. Masson Regnault, F. Dalenc, F. Giordano-Labadie
| Article suivant Article suivant
  • Tatouage sous immunothérapie
  • P.M. Rousseau, B. Dréno, J. Raimbourg, M. Robert, D. Dansette, L. Peuvrel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.