Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Granulome élastolytique annulaire à cellules géantes (GEACG) du front chez une patiente traitée par nivolumab pour un adénocarcinome pulmonaire métastatique - 15/01/19

Doi : 10.1016/j.annder.2018.09.306 
J. Clerc 1, , C. Devalland 1, D. Popescu 2, J. Raffoul 1, S.-R. Sun 1
1 Anatomie cytologie pathologiques 
2 Dermatologie, HNFC, Belfort, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les anti-PD-1, qui ont considérablement amélioré le pronostic de certains cancers métastatiques, sont associés à des effets secondaires immuns différents de ceux des chimiothérapies cytotoxiques classiques, dont des manifestations cutanées fréquentes avec une histopathologie variée. Nous rapportons le premier cas de GEACG induit par le nivolumab.

Observation

Une patiente de 57 ans a développé, 5 mois après l’introduction du nivolumab en troisième ligne pour un adénocarcinome bronchique métastatique, une lésion érythémateuse annulaire à bordure infiltrée d’extension centrifuge, sans autre lésion cutanée ni symptôme. La biopsie a révélé un infiltrat dermique histiocytaire interstitiel avec cellules géantes multinucléées, lymphocytes et plasmocytes, sans organisation palissadique, une disparition totale des fibres élastiques au sein et autour des granulomes et des images d’élastophagie rehaussées par la coloration orcéine, sans dépôt de mucine. La réévaluation carcinologique a montré une régression totale de la tumeur primitive et des métastases. L’éruption était traitée par dermocorticoïdes de classe forte sans interruption de l’immunothérapie (Annexe A).

Discussion

Les anti-PD-1 induisent des effets secondaires cutanés chez près de 50 % des patients, souvent un exanthème maculopapuleux ou un vitiligo avec un délai d’apparition variable. Un aspect histologique lichénoïde est le plus fréquent, mais il peut être également psoriasiforme, spongiforme, urticarien, évocateur de maladie de Grover ou encore de pemphigoïde bulleuse ou de dermatose neutrophilique ou granulomateuse. L’atteinte granulomateuse est souvent sarcoïdosique et associée à une atteinte médiastino-pulmonaire pouvant mimer une progression tumorale. Le GEACG et le granulome actinique de O’Brien représentent une même entité, ici dans une forme clinique classique. L’apparition quelques mois après l’introduction du nivolumab, sans autre traitement, sans diabète ni infection associés, rendent la molécule hautement imputable. Parmi les 4 patrons décrits par O’Brien, le GEACG était majoritairement histiocytaire avec quelques zones sarcoïdosiques. Ce sont l’intensité de l’élastolyse, la présence de cellules géantes, l’absence d’organisation palissadique, l’absence de dépôts de mucine et la présence de plasmocytes dans l’infiltrat qui aident au diagnostic. Le diagnostic différentiel avec un granulome annulaire interstitiel, une nécrobiose lipoïdique et une sarcoïdose cutanée superficielle est parfois difficile.

Les anti-PD1 lèvent l’inhibition de l’activation et prolifération des lymphocytes T dans le but de stimuler l’immunité innée anti-tumorale, à l’origine d’une production de cytokines activatrices des monocytes et macrophages impliqués dans les réactions granulomateuses.

Le GEACG est survenu en phase de régression tumorale. Des granulomatoses systémiques sous anti-PD-1 ont été rapportés lors de stabilité ou de progression tumorale.

Conclusion

Les anti-PD-1 induisent des effets secondaires immuns cutanés fréquents, certains d’histologie granulomateuse. Le diagnostic histopathologique de GEACG repose sur la présence de cellules géantes multinucléées, une élastolyse et une élastophagie importantes et l’absence de dépôt de mucine, le plus souvent en zone actinique. La signification de l’apparition de cette lésion en phase de réponse totale au traitement reste à étudier.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Anti-PD1, Effets indésirables cutanéo-muqueux, Granulome élastolytique annulaire à cellules géantes


Plan


 Les illustrations et tableaux liés aux abstracts sont disponibles à l’adresse suivante : https://doi.org/10.1016/j.annder.2018.09.306.


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 145 - N° 12S

P. S209-S210 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Ongle et chimiothérapie
  • O. Eljouari, K. Moustaide, G. Senhaji, S. Elloudi, H. Baybay, F.-Z. Mernissi
| Article suivant Article suivant
  • Sept cas de mucinose érythémateuse réticulée
  • C. Leblais, M. Bataille, A. Lasek, D. Lebas, A. Le Guern, P. Modiano

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.