Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Communications interauriculaires et retours veineux pulmonaires anormaux partiels - 01/02/19

[42-774]  - Doi : 10.1016/S1241-8226(18)45194-8 
G. Dubois, F. Roubertie
 Service de chirurgie cardiaque pédiatrique et congénitale, Hôpital Haut-Lévèque, CHU de Bordeaux, avenue de Magellan, 33604 Pessac cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 14
Iconographies 17
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Les communications interauriculaires (CIA) et les retours veineux pulmonaires anormaux partiels sont des cardiopathies congénitales très fréquentes (elles représentent au moins 10 % de l'ensemble des cardiopathies congénitales). La CIA a été l'une des premières cardiopathies congénitales corrigées chirurgicalement au milieu des années 1950, avec un risque de mortalité aujourd'hui proche de zéro. Les risques « chirurgicaux » ont en effet nettement diminué, en lien avec les progrès de la médecine d'une manière générale, et les progrès plus spécifiques de la réanimation et des techniques chirurgicales, notamment de la circulation extracorporelle. La CIA a été également la première cardiopathie congénitale traitée par cathétérisme interventionnel au milieu des années 1970 ; l'essor du traitement par voie endovasculaire et les progrès des prothèses utilisées ont été très rapides : aujourd'hui, plus de 80 % des CIA sont fermées par les cardiologues interventionnels en salle de cathétérisme. Seules les formes anatomiques ne se prêtant pas au traitement percutané sont fermées chirurgicalement. L'aspect « mini-invasif » et esthétique est une notion importante à prendre en compte dans le choix de la voie d'abord, mais qui ne doit en aucun cas se faire au détriment des résultats ou de la sécurité. Obtenir une fermeture de CIA « parfaite », sans shunt résiduel, et avec une mortalité nulle doivent rester deux impératifs, ceci quelle que soit la voie d'abord chirurgicale utilisée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : CIA, Ostium secundum, Sinus venosus, Sinus coronaire, Ostium primum, FOP, Retour veineux anormal partiel, Cimeterre


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Chirurgie des anomalies congénitales des artères coronaires
  • P. Vouhé, O. Raisky
| Article suivant Article suivant
  • Canal atrioventriculaire
  • S. Chauvaud

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.