Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Mesure des symptômes d’hypersomnolence dans l’hypersomnie idiopathique : échelle de sévérité de l’hypersomnolence - 16/02/19

Doi : 10.1016/j.msom.2019.01.201 
E. Evangelista 1, , L. Barateau 1, R. Lopez 1, S. Chenini 2, C. Delbos 2, S. Beziat 3, I. Jaussent 3, Y. Dauvilliers 1
1 Centre national de référence narcolepsie hypersomnies, Inserm U1061, Montpellier, France 
2 Centre national de référence narcolepsie hypersomnies, Montpellier, France 
3 Inserm U1061, Montpellier, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectif

Valider une échelle de sévérité de l’hypersomnolence (HSS) dans l’hypersomnie idiopathique (HI) en évaluant les symptômes de maladie, leurs conséquences et la réponse au traitement.

Méthodes

L’HSS, constituée de 14 items, a été complétée correctement par 210 sujets : 57 patients avec HI non traités, 43 avec HI traités, 37 patients avec narcolepsie de type 1 (NT1) non traités et 73 témoins sans plainte de somnolence diurne excessive (SDE). Les propriétés psychométriques, la validité diagnostique et les modifications de l’échelle sous traitement ont été étudiées.

Résultats

L’HSS montre une consistance interne satisfaisante et une bonne reproductibilité test-retest dans des conditions similaires. L’analyse factorielle identifie deux domaines : « sommeil de nuit/inertie » et « SDE/performances ». Le score total se corrèle à la SDE, aux niveaux de dépression et de qualité de vie dans le groupe HI. Il est plus bas chez les patients traités que ceux non traités (différence de 5–8 points) ; le seuil discriminant au mieux ces deux conditions est de 26/50 (Sensibilité : 55,8 %, Spécificité : 78,9 %). Le score est plus élevé chez les patients avec HI non traités que les patients avec NT1 et les témoins. Le seuil optimal pour différencier les groupes est de 22/50 (Sensibilité : 91,2 %, Spécificité : 94,5 %) entre HI et témoins et de 29/50 (Sensibilité : 73,7 %, Spécificité : 56,8 %) entre HI et NT1.

Conclusion

L’HSS se révèle être un outil clinique fiable pour mesurer les symptômes de l’HI, leurs conséquences et la réponse au traitement, pouvant ainsi améliorer l’identification, le suivi et la prise en charge des patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 16 - N° 1

P. 15 - mars 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Conscience pendant le sommeil et ses marqueurs polysomnographiques dans l’hypersomnie idiopathique
  • E. Chabani, M. Vionnet, S. Leu-Semenescu, P. Dodet, I. Arnulf
| Article suivant Article suivant
  • Altération de la neurotransmission histaminergique chez l’enfant narcoleptique de type 1
  • P. Franco, Y. Dauvilliers, C. Inocente, A. Guyon, C. Villanueva, V. Raverot, S. Plancoulaine, J.-S. Lin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.