Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le rôle de la polysomnographie dans le management respiratoire du syndrome d’apnée obstructive du sommeil chez les nourrissons Pierre Robin - 16/02/19

Doi : 10.1016/j.msom.2019.01.214 
P. Bierme, P. Reix, P. Franco, L. Coutier
 Hôpital femme-mère-enfant, Lyon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectif

Le management respiratoire des nourrissons Pierre Robin (SPR) et syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) n’est pas standardisé. La polysomnographie (PSG) est le gold standard diagnostic du SAOS, mais son accès reste difficile et la polygraphie (PG) est une alternative. Le but de cette étude était de comparer la décision thérapeutique du SAOS obtenue après PSG à celle obtenue après PG.

Méthodes

Cette étude rétrospective a été réalisée entre 2015 et 2017 dans un hôpital universitaire. Un PSG nocturne a été réalisée chez les nourrissons SPR âgés de moins de 8 mois. Chaque PSG anonymisée a été analysée par un unique lecteur. Après le retrait des données du sommeil, les mêmes données brutes ont été analysées par l’unique lecteur afin d’obtenir des résultats de PG. La décision thérapeutique, les index respiratoires et la classification de la sévérité du SAOS obtenus après PSG et après PG ont été comparés.

Résultats

Parmi les 20 nourrissons SPR (âge médian [IQR] : 43[24,5–113,5] jours à l’évaluation), tous présentaient un SAOS sévère en PSG. Le traitement choisi après PG était identique à celui choisi après PSG pour 18 nourrissons et différent pour 2. L’index d’apnée hypopnée obstructive n’était pas significativement différent entre PSG et PG (29/h [13,3–48], versus 23/h [16,3–43,5], p=0,46). Pour 3 nourrissons, la classification de la sévérité du SAOS après PG différait de celle obtenue après PSG.

Conclusion

Une PG nocturne en unité du sommeil a permis la sélection du traitement approprié du SAOS dans la grande majorité des jeunes nourrissons SPR.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 16 - N° 1

P. 20 - mars 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Première crise d’épilepsie après 60 ans : la polysomnographie doit-elle faire partie intégrante du bilan étiologique ?
  • J.-B. Bancilhon, D. Caparros, S. Gaillard, M. Giroux, R. Lombard, M.-P. Perriol
| Article suivant Article suivant
  • Syndrome Ehlers Danlos et sommeil : étude polysomnographique comparant 47 patients atteint de forme hypermobile (SED/type III) à 47 sujet témoins bons dormeurs
  • A. Metlaine, C. Guilleminault, F. Sauvet, M. Chennaoui, D. Gomez-Merino, D. Léger

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.