Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude rétrospective rapportant 20 cas de lymphome de Burkitt de localisation ovarienne pris en charge au CHU de Yopougon en Côte d’Ivoire - 04/03/19

Retrospective study about 20 cases of ovarian Burkitt lymphoma at Yopougon teaching hospital in Côte d’Ivoire

Doi : 10.1016/j.bulcan.2018.12.011 
Boidy Kouakou , Ismaël Kamara, Alexis Dohoma Silue, N’dogomo Meite, René Paule Botti, Aïssata Tolo-Diebkile, Ibrahima Sanogo
 CHU de Yopougon Abidjan, service d’hématologie, 04 BP 1439, Abidjan 04, Côte d’Ivoire 

Boidy Kouakou, 04 BP 1439, Abidjan 04, Côte d’Ivoire.Côte d’Ivoire

Résumé

Contexte

L’atteinte maxillo-faciale a été la première décrite dans le lymphome de Burkitt en 1958 par Denis Parsons Burkitt. Les atteintes abdomino-pelviennes en particulier ovariennes sont de plus en plus observées par l’évolution des techniques d’imagerie. Notre étude avait pour objectif de décrire les aspects épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutifs du lymphome de Burkitt endémique à localisation ovarienne.

Méthodologie

Vingt dossiers de lymphome de Burkitt ovarien diagnostiqués dans le service d’hématologie clinique du CHU de Yopougon sur une période de 19 ans (août 1995-mars 2015) ont été rétrospectivement analysés. Les paramètres épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutifs ont été étudiés.

Résultats

Le lymphome de Burkitt ovarien représentait 20,41 % de la population atteinte de lymphome de Burkitt et 38,46 % chez les patientes atteintes de lymphome de Burkitt. L’âge moyen était de 20,4 ans avec des extrêmes de 6 et 38 ans. Les principaux motifs de consultation étaient l’altération de l’état général (85 %) et la masse pelvienne (80 %). 75 % avaient des signes B. La masse ovarienne était bilatérale dans 60 % des cas, hétérogène dans 75 % des cas. 55 % des patients avec un stade III de Murphy. Toutes les patientes traitées par chimiothérapie étaient en rémission incomplète (100 %). On notait 10 % de vivants, et 60 % de décès. 83,33 % des patientes décédées avaient reçu moins de 6 cures de chimiothérapie.

Conclusion

Le lymphome de Burkitt endémique à localisation ovarienne est le plus souvent de diagnostic tardif et de mauvais pronostic. L’amélioration de sa prise en charge nécessite un diagnostic précoce.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Context

The maxillo-facial attack was the first described in the Burkitt lymphoma in 1958 by Denis Pearsons Burkitt. Abdominopelvic disorders, particularly ovarian localization are observed more and more by the developments of imagery technics. Our study aimed to describe the epidemiologic, clinical, therapeutic and evolutive aspects of ovarian localization in the endemic Burkitt lymphoma.

Methodology

Twenty files of ovarian Burkitt lymphoma diagnosed in the clinical service of hematology TH of Yopougon during the period August 1995-March 2015 (19 years) were retrospectively analyzed. The epidemiologic, clinical, therapeutic and evolutive parameters were studied.

Results

Ovarian Burkitt lymphoma accounted for 20.41% of the population with Burkitt lymphoma and 38.46% for patients with Burkitt lymphoma. The average age was 20.4 years with extremes of 6 and 38 years. The main reasons for consultation were general impairment (85%) and pelvic mass (80%). 75% were in group B clinical scalability. The ovarian mass was bilateral in 60% of cases, heterogeneous in 75% of cases. There was a clear predominance of stage III of Murphy (55%). On the evolutionary level all the patients treated by chemotherapy were in incomplete remission (100%). 10% were alive. 83.33% of the deceased patients had received less than 6 courses of chemotherapy.

Conclusion

The diagnosis of ovarian endemic Burkitt lymphoma is most often delayed diagnosis and poor prognosis. Improving its management requires early diagnosis.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Lymphome de Burkitt endémique, Localisation ovarienne

Keywords : Endemic Burkitt lymphoma, Ovarian localization


Plan


© 2019  Société Française du Cancer. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 106 - N° 3

P. 275-278 - mars 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Actualisation des recommandations de bonne pratique clinique pour l’utilisation de la TEP en cancérologie
  • Pierre-Yves Salaün, Ronan Abgral, Olivier Malard, Solène Querellou-Lefranc, Gilles Quere, Myriam Wartski, Romain Coriat, Elif Hindie, David Taieb, Antoine Tabarin, Antoine Girard, Jean-François Grellier, Isabelle Brenot-Rossi, David Groheux, Caroline Rousseau, Désirée Deandreis, Jean-Louis Alberini, Caroline Bodet-Milin, Emmanuel Itti, Olivier Casasnovas, Françoise Kraeber-Bodere, Philippe Moreau, Arnaud Philip, Corinne Balleyguier, Alain Lucian, Florent Cachin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.