Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intérêt de la scintigraphie osseuse dans la maladie de Paget : à propos de quatre cas avec revue de la littérature - 08/03/19

Doi : 10.1016/j.mednuc.2019.01.104 
S. Nadi , S. Zouine, S. Choukry, S. Taleb, H. Aschawa, A. Guensi
 Médecine nucléaire, CHU Ibn Rochd, Casablanca 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La maladie de Paget (MP) osseuse est une ostéodystrophie bénigne liée à une stimulation du remodelage osseux, ce qui entraîne la synthèse d’un tissu anormal non lamellaire et désorganisé.

Objectif

Illustrer l’utilité de la scintigraphie osseuse (SO) dans la MP et rapporter les principaux aspects scintigraphiques rencontrés lors de cette maladie.

Matériel et méthodes

Il s’agit de quatre patients adressés pour SO entre septembre 2013 et janvier 2016. Le premier cas est une femme âgée de 63 ans, suivie pour MP osseuse de la face et adressée au service à la recherche d’autres localisations. Le deuxième patient est un homme âgé de 51 ans, présentant une fièvre prolongée inexpliquée, avec une hyperleucocytose à la NFS et un tissu osseux dystrophique nécrosé et calcifié à la BOM, évoquant une MP. Le troisième cas est une femme âgée de 75 ans, suivie pour une MP du bassin et du rachis lombaire depuis 9 ans avec des rachialgies lombaires et des sciatalgies et adressée pour suspicion de réactivation de la maladie. Le quatrième cas est une femme âgée de 43 ans, suivie pour MP du membre inférieur droit et adressée pour bilan d’extension des lésions pagétiques.

Résultats

Dans le premier cas, la SO a objectivé une hyperfixation intense et hétérogène du crâne et des os de la face en rapport avec la pathologie connue à ce niveau et une hyperfixation modérée de D11 en faveur d’une 2e localisation de la maladie. Dans le deuxième cas, la SO n’a pas montré de signe en faveur de MP. Dans le troisième cas, la SO n’a pas montré des signes de réactivation des lésions pagétoïdes. Dans le quatrième cas, la SO a montré un aspect spécifique de la MP au niveau du fémur, genou et 1/3 supérieur de la jambe droite.

Conclusion

La SO permet d’établir une cartographie précise des lésions et d’orienter ainsi la prise la charge.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Ostéo-articulaire, Scintigraphie


Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 43 - N° 2

P. 209 - mars 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Intérêt de la scintigraphie osseuse dans l’épiphysiolyse fémorale supérieure : à propos de 11 cas
  • S. Nadi, S. Zouine, S. Choukry, H. Aschawa, A. Guensi
| Article suivant Article suivant
  • Apport de la scintigraphie osseuse dans le syndrome de Silverman
  • S. Zouine, S. Nadi, S. Choukry, H. Aschawa, A. Guensi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.