Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Hepatitis C treatment with all-oral direct-acting antivirals: Effectiveness and tolerance in a multicenter, prospective, observational study from French general hospitals (APROVVIE, ANGH) - 09/03/19

Traitement de l’hépatite chronique C par une combinaison orale de nouveaux antiviraux directs : efficacité et tolérance dans la vraie vie dans la cohorte APROVVIE de l’ANGH

Doi : 10.1016/j.lpm.2018.06.019 
Alexandre Pariente 1, , Jean-Pierre Arpurt 2, André-Jean Rémy 3, Isabelle Rosa-Hézode 4, Xavier Causse 5, Frédéric Heluwaert 6, Gilles Macaigne 7, Jean Henrion 8, Christophe Renou 9, Matthieu Schnee 10, Hatem Salloum 11, Séverine Hommel 12, Christophe Pilette 13, Ramuntxo Arotcarena 1, Georges Barjonet 14, Hortensia Lison 15, François Bourhis 16, Vincent Jouannaud 17, Arnaud Pauwels 18, Yann Le eaBricquir 19, Edmond Geagea 20, Bertrand Condat 21, Marie-Pierre Ripault 19, David Zanditenas 21, Stéphanie de Montigny-Lenhardt 22, Hélène Labadie 23, Bertrand Tissot 13, Eric Maringe 24, Jean-François Cadranel 15, Hervé Hagège 4, Bruno Lesgourgues 17

Association nationale des gastroentérologues des hôpitaux (ANGH)1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24

1 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Pau, 528, route de la Coustète, Calotis, 40240 Mauvezin d’ Armagnac, France 
2 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier d’Avignon, 84000 Avignon, France 
3 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Perpignan, Perpignan, 66000 France 
4 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier intercommunal de Créteil, 94100 Créteil, France 
5 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier régional d’Orléans, 45000 Orléans, France 
6 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier d’Annecy, 74000 Annecy, France 
7 Service d’hépatogastroentérologie. centre hospitalier du grand Est parisien, 77600 Jossigny, France 
8 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier d’Haine-Saint-Paul, 7100 Haine-Saint-Paul, Belgium 
9 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier d’Hyères, 83400 Hyères, France 
10 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de La-Roche-sur-Yon, 85000 La-Roche-sur-Yon, France 
11 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Meaux, Meaux, 77100 France 
12 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier d’Aix-en-Provence, 13100 Aix-en-Provence, France 
13 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier du Mans, 72000 Le Mans, France 
14 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Montélimar, 26200 Montélimar, France 
15 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Creil, 60100 Creil, France 
16 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Chambéry, 73000 Chambéry, France 
17 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Montfermeil, 93370 Montfermeil, France 
18 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Gonesse, 95500 Gonesse, France 
19 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Béziers, 34500 Béziers, France 
20 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Cholet, 49280 Cholet, France 
21 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Bry-sur-Marne, 94360 Bry-sur-Marne, France 
22 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier d’Aubagne, 13400 Aubagne, France 
23 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Saint-Denis, 93200 Saint-Denis, France 
24 Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Beaune, 21200 Beaune, France 

Alexandre Pariente, Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Pau, 528, route de la Coustète, Calotis, 40240 Mauvezin d’ Armagnac, France.Service d’hépatogastroentérologie, centre hospitalier de Pau, 528route de la Coustète, Calotis Mauvezin d’ Armagnac40240France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le samedi 09 mars 2019
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Summary

Background and aims

According to clinical trials, the treatment of patients with chronic hepatitis C (CHC) with second-generation direct acting antiviral agents (DAAs) is highly efficient and well tolerated. The goal of this study was to investigate the effectiveness and safety of various combinations of these drugs during their first 2 years of use in the real-world practice of French general hospitals.

Methods

Data from patients treated with all-oral DAAs in 24 French non-academic hospital centers from March 1, 2014 to January 1, 2016, were prospectively recorded. The sustained virological response 12–24 weeks after treatment (SVR 12-24) was estimated and severe adverse events (SAE) were evaluated and their predictive factors were determined using logistic regression.

Results

Data from 1123 patients were analyzed. The population was 69% genotype (G) 1, 13% G3, 11.5% G4, 5% G2, 49% with cirrhosis and 55% treatment-experienced. The treatment regimens were sofosbuvir/ledipasvir (38%), sofosbuvir/daclatasvir (32%), sofosbuvir/simeprevir (17%), ombitasvir+paritaprevir+ritonavir (5%) (with dasabuvir 3.5%), and sofosbuvir/ribavirin (8%). Ribavirin was given to 24% of patients. The SVR 12-24 was 91.0% (95% CI: 89.2–92.5%). Sofosbuvir-ribavirin was less effective than other regimens. The independent predictors of SVR 12-24 by logistic regression were body weight, albumin, previous hepatocellular carcinoma and treatment regimen (sofosbuvir/ribavirin vs. others). Sixty-four severe adverse events (SAE) were observed in 59 [5.6%] patients, and were independently predicted by cirrhosis and baseline hemoglobin. Serum creatinine increased during treatment (mean 8.5%, [P<10−5]), satisfying criteria for acute kidney injury in 62 patients (7.3%). Patient-reported overall tolerance was excellent, and patient-reported fatigue decreased during and after treatment.

Conclusions

Second generation DAAs combinations are as effective and well tolerated in a « real-world » population as in clinical trials. Further studies are needed on renal tolerance.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectif

Les essais thérapeutiques des antiviraux d’action directe (AAD) de seconde génération ont montré leur efficacité et leur bonne tolérance. Nous avons voulu évaluer l’efficacité et la tolérance de diverses combinaisons de ces médicaments pendant leurs deux premières années d’utilisation dans la pratique quotidienne d’hôpitaux généraux français.

Méthodes

Les données des malades traités avec des DAA sans interféron dans 24 centres hospitaliers non universitaires entre le 1er mars 2014 et le 1er janvier 2016 ont été enregistrées prospectivement. Nous avons mesuré la réponse virologique soutenue 12 à 24 semaines après la fin du traitement (RVS 12-24), analysé les évènements indésirables sévères (EIS), et déterminé leurs facteurs prédictifs par régression logistique.

Résultats

Les données de 1123 malades ont été analysées. Il y avait 69 % de génotype (G) 1, 13 % de G3, 11,5 % de G4, 5 % de G2, 49 % des malades avaient une cirrhose, 55 % avaient déjà été traités. Les principales combinaisons thérapeutiques étaient sofosbuvir/ledipasvir (38 %), sofosbuvir/daclatasvir (32 %), sofosbuvir/simeprevir (17 %), ombitasvir+paritaprevir+ritonavir (5 %) (avec dasabuvir 3,5 %), et sofosbuvir/ribavirine (8 %); 24 % des maladies prirent de la ribavirine. Le taux de RVS 12-24 était de 91,0 % (IC 95 %: 89,2–92,5 %). Sofosbuvir-ribavirine était moins efficace que les autres combinaisons. Les facteurs prédictifs indépendants de RVS 12-24 étaient le poids, l’albumine, un carcinome hépatocellulaire préalable et la combinaison thérapeutique (sofosbuvir/ribavirin vs autres). Soixante-quatre EIS furent observés chez 59 malades (5,6 %), et étaient indépendamment prédits par l’existence d’une cirrhose et l’hémoglobine initiale. La créatininémie augmenta pendant le traitement (8,5 % en moyenne [p<10−5]), remplissant les critères d’une insuffisance rénale aiguë chez 62 patients (7,3 %). Les malades évaluèrent la tolérance comme excellente, et leur fatigue qui décrut pendant et après le traitement.

Conclusion

Dans une population «de la vraie vie», les combinaisons d’AAD de seconde génération sont aussi remarquablement efficaces et bien tolérées que dans les essais thérapeutiques. Des études ultérieures concernant la tolérance rénale sont nécessaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.