Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Quoi de neuf sur le biofilm dans les plaies - 10/03/19

Doi : 10.1016/j.jdmv.2018.12.079 
S. Meaume
 Service de Gériatrie, Plaies et Cicatrisation, APHP, Hôpital Rothschild, 5, rue Santerre, 75012 Paris, France 

Résumé

La présence de biofilm aura un impact sur le processus infectieux et/ou sur le développement de plaies chroniques ou aiguës. Sur le plan épidémiologique, des travaux récents sur l’identification du biofilm chez des patients présentant différents types de plaies chroniques montrent des résultats discordants. Expérimentalement, les travaux d’analyse des biofilms dans les plaies et l’impact des traitements proposés reposent principalement sur des études animales in vitro ou in vivo prenant généralement en compte une seule espèce microbienne, bien que les plaies soient colonisées par des communautés multi-microbiennes. Plusieurs modèles expérimentaux sont disponibles, avec leurs avantages et leurs inconvénients pour l’étude des biofilms, mais ces études sont certainement loin de la réalité du soin des plaies. Cliniquement, le biofilm n’est visible que s’il est très épais. Sa présence est souvent évoquée en cas de guérison retardée avec exsudats abondants et/ou colorés (Pseudomonas aeruginosa) et/ou en extension de la phase inflammatoire sans signes infectieux clairement définis. Aucun de ces signes n’est pathognomonique et il existe peu d’études qui rendent difficile l’adoption d’un langage commun des soignants, qui doivent distinguer le stade décrit comme une “colonisation critique”, qui peut être tout aussi complexe. Sur le plan bactériologique, l’identification et la caractérisation des biofilms ne sont pas encore réalisables au moyen de techniques classiques d’échantillonnage et d’analyse. Seules des techniques de laboratoire spécifiques sont disponibles et peu accessibles, actuellement uniquement dans des contextes de recherche. L’élimination du biofilm est en général chimique et/ou mécanique. Des études récentes tentent de proposer des produits ou des stratégies de contrôle du retrait. Néanmoins, l’absence de critères cliniques et bactériologiques pertinents et fiables rend la construction d’essais cliniques contrôlés difficile à valider pour les mesures thérapeutiques proposées.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Biofilm, Plaies chroniques


Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 2

P. 126 - mars 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les signes cutanés qui doivent faire rechercher des maladies vasculaires rares
  • J.-B. Monfort
| Article suivant Article suivant
  • Psoriasis et comorbidités vasculaires : où en est-on et faut-il faire un bilan systématique ?
  • P. Modiano

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.