Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitement des endofuites des endoprothèses aortiques - 10/03/19

Doi : 10.1016/j.jdmv.2018.12.086 
R. Hassen-Khodja
 Service de chirurgie vasculaire, Hôpital pasteur, CHU de Nice, 06000 Nice, France 

Résumé

La mortalité à long terme des anévrysmes de l’aorte abdominale (AAA) opérés par endoprothèse aortique est la même que celle des AAA opérés par chirurgie conventionnelle. Mais le taux des ré-interventions après endoprothèse aortique est de 20 %, essentiellement représentées par le traitement d’endofuites.

Il existe 4 types d’endofuites. Les endofuites de type 1 et de type 3 sont un échec du traitement de l’endoprothèse aortique, le sac anévrysmal étant sous la pression directe du flux aortique. Leur traitement est nécessaire, le plus souvent par une technique endovasculaire, parfois par une conversion chirurgicale. Les endofuites de type 2 sont les plus fréquentes ; initialement considérées comme bénignes, elles sont souvent associées à de mauvais résultats à long terme. Elles sont souvent difficiles à traiter. Les indications thérapeutiques sont habituellement posées lorsqu’elles sont associées à une augmentation du diamètre du sac anévrysmal. Leur traitement consiste le plus souvent en une embolisation. Cette embolisation peut se faire par plusieurs voies : trans-artérielle, trans-pariétale, trans-cave. Le taux d’échec est élevé, nécessitant souvent plusieurs procédures. On peut aussi proposer une ligature chirurgicale de ces endofuites par célioscopie, ou une mise à plat chirurgicale du sac anévrysmal en laissant l’endoprothèse aortique en place. La conversion chirurgicale avec explantation de l’endoprothèse aortique est rare.

Pour illustrer la description des traitements des endofuites et leurs résultats, nous rapportons une courte série de 12 endofuites de type 2 traitées dans notre service sur une période de 10 ans. Toutes ces endofuites ont été traitées dans un premier temps par embolisation. Au cours d’un suivi moyen de 15 mois, 6 endofuites (50 %) ont récidivé ; 4 malades ont eu une nouvelle embolisation, et 2 malades ont eu une conversion chirurgicale. Un malade a eu une 2e récidive, nécessitant une 3e embolisation.

Les endofuites sont la principale cause de complications et d’échec du traitement endovasculaire des AAA. L’efficacité de leur traitement sur l’augmentation du diamètre anévrysmal est limitée et le surcoût engendré par ces ré-interventions est important. Ces éléments doivent être pris en considération lors du choix du mode de traitement des AAA.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Endoprothèse aortique, Endofuite


Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 2

P. 129 - mars 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • AOD et cancer, un an plus tard
  • D. Farge
| Article suivant Article suivant
  • Twitter en médecine vasculaire
  • G. Bozon, J.-P. Laroche

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.