Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intérêt de la compression veineuse dans une forme résistante de syndrome de Morel-Lavallée du genou - 10/03/19

Doi : 10.1016/j.jdmv.2018.12.123 
Xavier Racadot
 9, rue de Reims, 90000 Belfort, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le syndrome de Morel-Lavallée est un épanchement séro-lymphatique et/ou hématique secondaire à un traumatisme tangentiel en regard d’un tissu richement vascularisé. Nous rapportons ici un cas de syndrome de Morel-Lavallée situé au niveau du genou, en insistant sur les modalités de la compression veineuse, part importante du traitement.

Observation

M. R., est victime d’une chute à type de glissement au niveau du genou gauche. Il n’existe initialement qu’une dermabrasion du genou. En 8heures, deux ponctions écho-guidées sont réalisées du fait d’un gonflement douloureux du genou récidivant et entraînant une limitation complète de la flexion du genou.

Un traitement chirurgical est décidé 16heures après la chute avec évacuation-aspiration de sang mixte du fait de l’échec des ponctions écho-guidées.

En postopératoire immédiat, mise en place d’une compression par bas cuisse de classe III avec en superposition une bande de compression de classe III ou IV en fonction de la tolérance clinique du patient. Un bandage compressif est également associé afin d’éviter toute récidive d’épanchement.

À 3 semaines, la compression veineuse par bandes est arrêtée avec uniquement la poursuite de la compression veineuse par bas cuisse de classe III et avec une reprise sérieuse de l’activité physique.

À 6 semaines, nous avons une guérison complète avec flexion normale du genou, régression complète de l’épanchement, reprise normale des activités physiques.

Discussion

Le syndrome de Morel-Lavallée reste une pathologie méconnue. La localisation de ce syndrome au niveau du genou est peu fréquente (la 4e localisation avec 16% des cas). Il n’existe aucune atteinte osseuse ni tendineuse dans ce syndrome. Le repos seul ne permet pas la guérison. Le traitement dans les formes simples reste conservateur avec bandages compressifs et ponctions-aspirations simples.

Dans les formes résistantes, le traitement chirurgical est proposé (évacuation-drainage et/ou injection de solutions sclérosantes de type cycline), en association toujours à des bandages compressifs.

Or dans la littérature, ce traitement par bandages compressifs est systématiquement proposé mais sans que les modalités ne soient détaillées.

Conclusion

Nous présentons, dans ce cas clinique, des modalités précises (force et durée) de compression veineuse, avec un succès clinique et échographique, dans le traitement d’un syndrome de Morel-Lavallée du genou.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Compression veineuse, Syndrome de Morel-Lavallée


Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 2

P. 145-146 - mars 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Education thérapeutique lors d’un séjour pour enfants ayant un lymphœdème primaire : « Mon lymphœdème en vacances »
  • Laura Simon, A. Alllicio, C. Leroux, B. Benoughidane, C. Fourgeaud, S. Vignes
| Article suivant Article suivant
  • Syndrome de télangiectasies naevoïdes unilatérales : un diagnostic rare mais bénin
  • Cécile Durant, M. Josnin, S. Barbarot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.