Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

À propos d’un cas d’évolution fatale de nécrose cutanée sous pompe à apomorphine - 27/03/19

Doi : 10.1016/j.neurol.2019.01.288 
Claire Marse 1, , Fanny Rocher 2, Jeanne Benoit 1, Caroline Giordana 3, Pierre Thomas 4
1 Neurologie, CHU Pasteur Neurosciences, Nice 
2 Centre régional de pharmacovigilance, C.H.U de Nice, Nice 
3 Neurologie, C.H.U de Nice, Nice 
4 Epileptologie, Nice CHU Hôpital Pasteur, Nice 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’apomorphine sous-cutanée constitue une option thérapeutique en cas de fluctuations dans la maladie de Parkinson, néanmoins des complications cutanées potentiellement sévères peuvent être une limite à son utilisation.

Observation

Nous rapportons l’observation d’un patient âgé de 79 ans, présentant une maladie de Parkinson évolutive depuis 12 ans avec fluctuations motrices et dyskinésies, y compris nocturnes, justifiant une pompe à apomorphine sous-cutanée (SC). L’efficacité de ce traitement était notable malgré l’apparition, après un an de traitement, de plaies cutanées aux points d’administration mais d’évolution rapidement et spontanément résolutive. Au cours de la 4e année sous pompe à apomorphine, une hospitalisation en urgence du patient a été nécessaire pour prise en charge de nécroses cutanées extensives profondes (membres, tronc, abdomen) s’aggravant progressivement sur plusieurs semaines. La posologie était alors de 9mg/h sur 12h la journée, 5mg/h sur 12h la nuit, soit une posologie de 168mg/j. Ce traitement a été interrompu dès son entrée et le traitement par lévodopa/bensérazide a été majoré progressivement jusqu’à 2000mg/j en plus de son traitement par pramipexole 2,1mg. L’évolution a été défavorable avec aggravation des lésions cutanées (ulcérations profondes, délabrement), de son état parkinsonien et général malgré l’augmentation des traitements per os aboutissant au décès du patient dans un contexte de soins palliatifs et en l’absence de ressources thérapeutiques.

Discussion

Les nodules et indurations induites par l’apomorphine SC, dont la physiopathologie n’est pas complètement élucidée, sont parmi les principaux effets indésirables décrits. La survenue de nécroses cutanées, plus rares et plus sévères, devrait entraîner la discussion de l’arrêt de ce traitement. Il s’agit du premier cas décrit de dégradation progressive de l’état cutané du patient dont l’évolution particulièrement sévère a abouti au décès.

Conclusion

Une surveillance cutanée continue du patient sous apomorphine SC s’impose, une nécrose cutanée pouvant survenir à tout moment. L’apparition de lésions nécrotiques doit faire discuter un arrêt du traitement rapide afin d’éviter toute évolution défavorable.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Nécrose, Apomorphine, Parkinson


Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 175 - N° S1

P. S109 - avril 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Syndrome parkinsonien et mélanome : une série de 33 patients
  • Jennifer Doridam, Audrey Melin, Manal Nader, Marie-Françoise Avril, Eve Maubec, Bertrand Degos
| Article suivant Article suivant
  • La Maladie de Parkinson Idiopathique : troubles morpho-statiques et fonctionnels du pied
  • Saoussen Layouni, Sahbi Elmatwa, Sonia Jemni, Gaddour Mariem, Fayçal Khachnaoui, Walid Ouannes, Anis Hassine, Naija Salma, Ben Halima Manel, Sana Ben Amor

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.