Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Usage et mésusage des antalgiques au cours des crises de migraine : enquête réalisée auprès du corps médical - 27/03/19

Doi : 10.1016/j.neurol.2019.01.307 
Tarik Benhsain 1, , Sara Sabiry 2, Hicham El Otmani 3, Mohammed Abdoh Rafai 3, Bouchra El Moutawakil 3
1 Neurologie, CHU Ibn Rochd Casa, Casablanca, Maroc 
2 Service de neurologie - explorations neurophysiologiques cliniques, Centre Hospitalo-universitaire Ibn Rochd Casablanca, Casablanca, Maroc 
3 Neurologie, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’abus médicamenteux est la première étiologie à éliminer au cours des céphalées chroniques quotidiennes. Du fait de l’accès facile aux produits pharmaceutiques le corps médical pourrait être victime d’une consommation abusive.

Objectifs

L’objectif de l’étude est d’apprécier la gestion par le corps médical des crises de migraine.

Patients et méthodes

Enquête transversale réalisée auprès de 120 personnels médical et paramédical. Le diagnostic de migraine a été posé en se basant sur les critères de l’ICHD-3 de 2018. Les co-morbidités anxio- dépressives ont été évaluées par l’échelle HAD.

Résultats

Au total, 25 % des professionnels étaient migraineux avec une fréquence de crises entre 8 à 15/mois pour 16 % et un tableau de CCQ pour 10 %. Le paracétamol était le traitement le plus utilisé suivi par la codéine.10 % prenaient des antihistaminiques, benzodiazépine, du café ou préféraient dormir pendant la crise. 56,66 % étaient soulagés 2heures après traitement. Pour la même crise, 16, 67 % reprenaient une deuxième prise du même médicament. Au total, 10 % étaient en situation d’abus médicamenteux.

Discussion

La prévalence de la migraine au sein du corps médical était élevée. On a noté un recours élevé à l’automédication causant une PEC inadaptée des crises de migraines avec des récurrences migraineuses fréquentes. Plus de la moitié nécessitait un changement du traitement de la crise et 1/3 d’entre eux avait indication à démarrer un traitement de fond.

Conclusion

La PEC de la crise migraineuse est souvent banalisée par les professionnels de santé au risque de basculer vers une consommation médicamenteuse souvent abusive et inadaptée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Abus médicamenteux, Migraine, Corps médical


Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 175 - N° S1

P. S116 - avril 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Hypertension-intracrânienne bénigne : pensez aux endocrinopathies
  • Rihab Laamouri, Mariem Messelmani, Wala Souissi, Khaoula Laabidi, Malek Mansour, Jamel Zaouali, Ridha Mrissa
| Article suivant Article suivant
  • Profil étiologique des céphalées aiguës aux urgences : série de 322 patients
  • Hajar Khattab, Youness Habtany, Bouchra Ferdous, Bouchra El Moutawakil, Hicham Elotmani, Mohammed Abdoh Rafai

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.