Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Encéphalopathie post-coronarographie - 27/03/19

Doi : 10.1016/j.neurol.2019.01.369 
Valentin Mira 1, , Élodie Bicili 1, Alain Just 2, Patricia Tourniaire 2
1 Neurologie Dr Tourniaire, Centre Hospitalier Henri-Duffaut, rue Raoul Follereau, Avignon, France 
2 Neurologie, Centre Hôspitalier Henri-Duffaut, Avignon 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Mme R, 80 ans hospitalisée pour confusion, trouble de la vigilance et hémiplégie gauche en post-coronarographie immédiate.

Observation

Patiente de 80 ans aux antécédents d’HTA, d’ACFA sous PREVISCAN et suspicion de récidive de néoplasie mammaire. Le 6/12/2018 suite à une coronarographie diagnostique qui s’est compliquée de bradycardie nécessitant de l’EPHEDRINE, la patiente présente une agitation, une confusion, une aphasie mixte et une hémiplégie gauche à son réveil. À son arrivée en urgence neurologique un scanner cérébral avec TSAo retrouve une hyperdensité spontanée des sillons de façon bilatérale, sans anomalie vasculaire. L’IRM cérébrale n’objective ni AVC ni hémorragie méningée (HM). Au bilan biologique la CRP est normale et un INR à 2,2. Le scanner à 24heures retrouve un effacement des sillons sans hyperdensité. Le doppler transcrânien montre des flux conservés. Le 8/12/2018, on constate une nette amélioration clinique avec persistance d’une légère hémiparésie gauche. Le 10/12 l’IRM cérébrale de contrôle ne montre pas d’HM mais 2 spots ischémiques récents en occipital droit et sylvien droit. Le doppler transcrânien de contrôle et la PL sont sans anomalie.

Discussion

Initialement, le PREVISCAN est suspendu devant la suspicion d’HM, du NIMOTOP est introduit. La normalité de la PL, le contexte et l’évolution font évoquer une encéphalopathie induite par les produits de contraste (EPC), même si un syndrome de vasoconstriction réversible compliqué d’AVC ischémiques ne peut être écarté.

Conclusion

Devant tout déficit neurologique post-coronarographie, l’hypothèse privilégiée sont des embols ischémiques, mais l’EPC, peu connue, doit être évoquée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Iatrogénie, Accident vasculaire cérébral, Encéphalopathie


Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 175 - N° S1

P. S141 - avril 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Caractéristiques socio-démographiques, cliniques et évolutifs du neuro-Behçet et son retentissement sur la qualité de vie (QdV)
  • Chahinez Bouchelaghem, Bouzenada Hichem
| Article suivant Article suivant
  • Facteurs de risque de chutes chez la population âgée : enquête de dépistage
  • Hajar Khattab, Settaf Myriam, Youness Habtany, Hicham Elotmani, Mohammed Abdoh Rafai, Bouchra El Moutawakil

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.