Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Formes secondaires d’origine toxique de syndromes de Benson avec atrophie corticale postérieure - 27/03/19

Doi : 10.1016/j.neurol.2019.01.043 
Guillaume Ballan 1, , Julia Potenza De Saulty 1, Jubera Emilie 1, Emmanuelle Sevilla 1, Stéphanie Bannier 1, Charles Laurent 2, Emmanuel Ellie 1
1 Neurologie, Centre hospitalier de la Côte Basque, Bayonne 
2 Radiologie, Centre hospitalier de la Côte Basque, Bayonne 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Quelques cas d’atrophie corticale postérieure (ACP) ont été rapportés à un alcoolisme chronique mais sans vérification des biomarqueurs. Le cortex postérieur parait concerné par l’atrophie en imagerie par résonance magnétique (IRM) au cours de l’alcoolisme chronique.

Observation

Nous rapportons le caractéristiques cliniques, biologiques et radiologiques dans 5 cas d’ACP dans le contexte d’une exogènose chronique, explorés pour la plupart par un bilan neuropsychologique, une IRM et/ou un scanner cérébral, une ponction lombaire (PL), un bilan métabolique, vasculaire et auto-immun et par un EEG. Les 5 sujets présentent tous des erreurs massives lors de la reproduction de la figure de Rey. L’identification de lettres (VOSP) et la restitution de la scène des cookies sont généralement mise en échec. L’IRM et/ou le scanner cérébral objective une atrophie focale concernant les régions corticales postérieures, au niveau des cortex cuneus, precuneus et cingulaires postérieures. Dans les 3 cas qui ont eu une PL, on ne retrouve pas de profil typique d’une MA. Les diagnostics différentiels ont par ailleurs été éliminés.

Discussion

Un syndrome de Benson et une ACP sont retrouvés dans 5 cas d’ACP et d’exogénose chronique et peuvent être mis en parallèle avec les données cliniques et de volumétrie retrouvés de la littérature concernant l’alcoolisme chronique.

Conclusion

Si la majorité des ACP est classiquement rapportée à une MA, il est recommandé d’éliminer certains diagnostics différentiels. L’exogénose pourrait être également recherchée. Des erreurs dans la figure de Rey devraient dans ce contexte alerter sur le possibilité d’une ACP.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Alcoolisme chronique, Syndrome de Benson, Atrophie corticale postérieure


Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 175 - N° S1

P. S5 - avril 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le ralentissement des temps de réaction : un signe précoce de la Maladie d’Alzheimer ? Une Méta-analyse
  • Daniela Andriuta, Momar Diouf, Martine Roussel, Olivier Godefroy
| Article suivant Article suivant
  • Spécificités des patients présentant une maladie d’Alzheimer du sujet jeune
  • Adeline Rollin-Sillaire, Florence Pasquier, The Lille YOD study group

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.