Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L’hypertension intracrânienne chez l’enfant : expérience du service de neurologie pédiatrique de Sfax - 27/03/19

Doi : 10.1016/j.neurol.2019.01.149 
Sihem Ben Nsir , Sirine Belguith, Wafa Bouchaala, Emna Fourati, Fatma Kamoun, Chahnez Triki
 Neurologie pediatrique, C.H.U. Hédi Chaker, Sfax, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’hypertension intracrânienne (HTIC) de l’enfant est rare et la présentation clinique peut être trompeuse responsable ainsi d’un retard de diagnostic.

Objectifs

Déterminer les caractéristiques cliniques, étiologiques et évolutives de l’HTIC de l’enfant.

Patients et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective menée sur 10 ans (2008–2018), incluant 19 patients hospitalisés dans le service de neurologie pédiatrique de Sfax pour suspicion d’HTIC. Les données cliniques, para-cliniques, étiologiques et évolutives ont été recueillies et analysées.

Résultats

Le sex-ratio etait de 0,46 et l’âge moyen à la première consultation était de 9 ans. Le symptôme révélateur était dominé par des céphalées avec un délai moyen d’évolution de 15jours. L’examen neurologique a révélé une paralysie oculomotrice dans 50 % des cas et des signes de localisation chez 20 % des patients. L’œdème papillaire était objectivé chez 74 % des patients au FO. La mesure de la pression du LCR était augmentée chez 37 %. L’HTIC idiopathique était l’étiologie la plus retrouvées avec a l’IRM des signes indirects dans 25 % des cas. L’évolution était favorable chez 69 % des patients sous traitements.

Discussion

La clinique de l’HTIC de l’enfant peut être trompeuse. Les céphalées, révélatrices dans la majorité des cas, étaient intermittentes. L’HTIC idiopathique est l’étiologie la plus fréquente communément aux données de la littérature. L’œdème papillaire n’était pas constant dans notre série. Au cours de la HTIC idiopathique, l’IRM peut être normale ou peut montrer des signes indirects témoignant dérèglement de l’équilibre entre la pression intracrânienne, la compression et la résorption du liquide cérébrospinal.

Conclusion

Un diagnostic précoce de l’HTIC est indispensable pour une prise en charge adéquate afin de prévenir les complications.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : idiopathique, enfant, hypertension intracranienne


Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 175 - N° S1

P. S50 - avril 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’anencéphalie et le mythe des hommes sans tête : à propos d’un cas au Centre Hospitalier Universitaire Pédiatrique de Bangui
  • Pascal Mbelesso, Sylvère Gbelesso, Jean Chysostome Gody
| Article suivant Article suivant
  • Crises convulsives au cours de l’asphyxie péri-natale
  • Donies Masmoudi, Kammoun Ines, Kchaou Khouloud, Leila Triki, Zouari Hela, Kaouthar Masmoudi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.