Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Particularités du syndrome du canal carpien chez le diabétique - 27/03/19

Doi : 10.1016/j.neurol.2019.01.166 
Leila Ali 1, , Fray Saloua 2, Kchaou Mariem 2, Kacem Emna 3, Chebbi Selim 4, Hela Jamoussi 2, Ben Ali Nadia 2, Mohamed Fredj 4
1 Neurologie, hôpital Charles-Nicolle, Tunis, Tunisie 
2 Neurologie, EPS Charles-Nicolle, Tunis, Tunisie 
3 Service de neurologie, EPS Charles-Nicolle, Tunis, Tunisie 
4 Service de neurologie hôpital Charles-Nicolle, ministere de la santé publique, Gouvernorat de Tunis, Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le syndrome du canal carpien est fréquent chez les diabétiques. Son diagnostic est difficile vu l’association fréquente à une polyneuropathie (PNP) diabétique. Des critères de discrimination électrophysiologiques plus sensibles semblent nécessaires.

Objectifs

Étudier les particularités neurophysiologiques du syndrome du canal carpien (SCC) chez le diabétique.

Patients et méthodes

On a mené une étude rétrospective comparative d’une cohorte de patients ayant un SCC clinique et électrique recrutés de l’unité de neurophysiologie de l’EPS Charles Nicolle pendant la période de janvier 2018 et novembre 2018. On a divisé nos patients en deux groupes : SCC associé ou non au diabète. Tous nos patients ont eu un électroneuromyogramme (ENMG) avec étude des conductions nerveuses des nerfs médians, ulnaire, SPE et sural.

Résultats

Au total, 46 patients, dont 60 % diabétiques et 40 % sans antécédents. La moyenne d’âge était de 63 ans. La moyenne des latences distales motrices du nerf médian (5,38ms) étaient plus allongées chez les diabétiques avec une différence statistiquement significative. La moyenne des latences distales motrices et sensitives du nerf ulnaire était plus allongée chez les diabétiques. On a constaté une normalité dans la conduction nerveuse sensitive du médian chez les diabétiques avec une différence statistiquement significative.

Discussion

Le mécanisme physiopathologique du SCC chez le diabétique revient à une microangiopathie mais aussi à un mécanisme mécanique vu les modifications tissulaires. Ceci pourrait expliquer l’importance de l’allongement des latences distales aussi bien du nerf médian que du nerf ulnaire lors de son passage par le canal de Guyon. L’intégrité des latences distales et des potentiels sensitifs permet de différencier le SCC d’une PNP.

Conclusion

Une bonne connaissance des données électrophysiologiques du SCC chez un diabétique s’avère nécessaire pour une meilleure prise en charge diagnostique et thérapeutique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Polyneuropathies, Neuropathie diabétique, Syndrome du canal carpien


Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 175 - N° S1

P. S56-S57 - avril 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Rendement de l’Electroencephalogramme dans un pays à ressources limitées : expérience du Togo à propos de 1100 enregistrements
  • Kossivi Apetse, Damelan Kombate, Abdullah Blakimé, Panabalo Waklatsi, Vinyo Kodzo Kumako, Komi Assogba, Agnon Ayelola Koffi Balogou
| Article suivant Article suivant
  • Tests de Tinel el Phalen : quelle sensibilité et quelle spécificité au cours du syndrome du canal carpien ?
  • Fida Allaya, Kammoun Ines, Donies Masmoudi, Leila Triki, Hela Zouari, Kaouthar Masmoudi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.