Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Mécanismes d’action et indications de la toxine botulique en neuro-urologie - 27/03/19

Doi : 10.1016/j.neurol.2019.01.209 
Marianne De Seze
 Bordeaux 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les toxines botuliques sont des neurotoxines agissant sur le système nerveux.

Objectifs

Elles bloquent la transmission de l’influx nerveux en s’opposant à la libération synaptique du neurotransmetteur.

Patients et Méthodes

Le blocage est possible car la toxine pénètre la terminaison de certains neurones puis détruit une protéine qui permet habituellement la sortie du neurotransmetteur. Cette action concerne préférentiellement le blocage de l’exocytose de l’acétylcholine au niveau de la jonction nerf/muscle strié. Il résulte de ce blocage de la neurotransmission une paralysie du muscle concerné. Le blocage de l’exocytose ne concerne pas seulement l’acétylcholine, d’autre neurotransmetteur sont concernés (noradrénaline, GABA, ATP…).

Résultats

L’action des toxines botuliques, est temporaire. La toxine A agit trois ou quatre mois sur le muscle strié et huit à neuf mois sur le muscle lisse. Dans l’usage thérapeutique, une dose minime de toxine est injectée directement dans le tissu cible où l’action est souhaitée, la diffusion de la toxine à partir de ce point d’injection est essentiellement locale et les effets sont locaux.

Discussion

On distingue deux indications en neuro-urologie. La première ayant obtenue l’AMM en 2011 s’adresse au traitement de l’hyperactivité neurogène du détrusor conduisant à une incontinence urinaire non contrôlée par un traitement anticholinergique chez les patients blessés médullaires et SEP en sondages intermittents. Les dosses administrées sont de 200 à 300 U Botox en 10 à 30 points d’injection dans le détrusor.

Conclusion

La seconde ayant obtenue l’autorisation de mise sur le marché en 2011 concerne le traitement de l’hyperactivité vésicale idiopathique conduisant à une incontinence urinaire non contrôlée par un traitement de première ligne. Les doses administrées sont de 50 à 100 U Botox.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Detrusor, Neurovessie, Toxine botulique


Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 175 - N° S1

P. S74 - avril 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Enquête des pratiques auprès des orthophonistes sur l’aphasie et la dépression post-AVC
  • Marine Bassi, Yassine Tari, Jean-Charles Dufour, Nathaly Joyeux
| Article suivant Article suivant
  • Rééducation sensitive : un nouvel outil dans la prise en charge des douleurs neuropathiques dans la SEP ?
  • Maëva Guenot, Cécile Donzé, Patrick Hautecoeur, Hélène Cattoir-Vue, Caroline Massot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.