Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dépistage de la rétinopathie diabétique par télétransmission de photographies du fond d’œil : évaluation et aspects épidémiologiques au CHU de Nantes - 29/03/19

Evaluation of diabetic retinopathy screening using fundus photography: Evaluation and epidemiologic factors at Nantes university medical center

Doi : 10.1016/j.jfo.2018.10.006 
M. Clément a, , O. Lebreton a, L. Chaillous b, M. Weber a
a Service d’ophtalmologie, CHU Hôtel Dieu de Nantes, 1, place Alexie Ricordeau, 44100 Nantes, France 
b Service d’endocrinologie, CHU Laënnec de Nantes, boulevard Professeur Jacques-Monod, 44800 Saint-Herblain, France 

Auteur correspondant. CHU de Nantes,1 place Alexie Ricordeau, 44100 Nantes, France.France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le but de notre étude est d’évaluer les résultats du dépistage de la rétinopathie diabétique par rétinographe non mydriatique et lecture différée du fond d’œil au CHU de Nantes.

Patients et méthodes

Nous rapportons une étude rétrospective portant sur tous les patients diabétiques hospitalisés dans le service d’endocrinologie entre juin 2016 et septembre 2016 inclus. Les clichés ont été réalisés par un(e) infirmier(e) si le patient avait une indication au dépistage retenue par le médecin charge de son hospitalisation. L’ophtalmologiste interprète ensuite les clichés sur une fiche de liaison. Un contrôle qualité avec la relecture d’un échantillon de rétinographies a été réalisé.

Résultats

Quatre cent quarante-deux patients (48 % de femmes, 52 % d’hommes) ont été étudiés. 227 patients (51,3 %) avaient eu un contrôle ophtalmologique dans les 12 derniers mois. 160 patients (36,2 %) ont bénéficié d’un dépistage par rétinographies. Les rétinographies n’étaient pas interprétables pour au moins 1 œil dans 10 cas (6,3 %). Une rétinopathie diabétique a été détectée chez 27 patients (16,9 %) et une maculopathie diabétique chez 5 patients. Une plus longue durée du diabète et la présence d’une microalbuminurie étaient significativement associées à l’incidence de la rétinopathie diabétique. La relecture de 26 % des rétinographies réalisées a retrouvé une concordance entre les 2 lecteurs dans 93 % des cas. Au décours de ce dépistage, 20 % des patients ont été adressés à un ophtalmologiste (n=32, dont 27 reconvoqués au CHU), en raison d’un examen non interprétable, d’une rétinopathie diabétique ou d’une pathologie associée. 38,5 % des patients reconvoqués (n=27) ne sont pas venus au rendez-vous fixé.

Conclusion

Cette étude souligne l’intérêt du dépistage par rétinographies transmises par télémédecine dans les groupes hospitaliers. Cette technique permet d’augmenter l’offre de soins. Dans notre étude elle a permis d’éviter le recours à l’ophtalmologiste dans 8 cas sur 10. La poursuite de la sensibilisation des patients à la nécessité d’un suivi ophtalmologique régulier et à l’importance du suivi post dépistage est nécessaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

The goal of our study was to evaluate the results of screening for diabetic retinopathy using the non-mydriatic fundus camera combined with telemedicine in the university hospital of Nantes.

Patients and Methods

This is a retrospective study of all diabetic patients hospitalized in the endocrinology department between June and September 2016 inclusive. The photos were taken by a nurse if the patient had an indication for screening as determined by the attending physician. The ophthalmologist then provided a written interpretation of the photos on a consultant's sheet. Quality control with re-reading of a sample of the photos was performed.

Results

A total of 442 patients (48% females, 52% males) were studied. 227 patients (51.3%) had undergone an eye examination within the previous year. 160 patients (36.2%) were screened with fundus photography. Fundus photography of at least one eye could not be graded in 10 patients (6.3%). Diabetic retinopathy was detected in 27 patients (16.9%) and diabetic maculopathy in 5 patients. Longer duration of diabetes and the presence of microalbuminuria were significantly associated with incidence of retinopathy. The double reading of 26% of the photos found a 93% of concordance between the 2 readers. Referral to an ophthalmologist was required in 32 patients (20%), of whom 27 were rescheduled at the university hospital, for unreadable photographs, diabetic retinopathy or concomitant eye disease. 38.5% of rescheduled patients did not come to the appointment.

Conclusion

Non-mydriatic fundus photography combined with telemedicine is attractive for diabetic retinopathy screening and identifies patients requiring further eye examination. In our study, it obviated the need for an ophthalmologic examination in 8 out of 10 cases. It is important to continue to educate patients about the necessity of regular eye examinations and post-screening follow-up.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Diabète, Rétinopathie diabétique, Dépistage, Rétinographe non mydriatique, Télédiagnostic

Keywords : Diabetes, Diabetic retinopathy, Screening, Non mydriatic fundus photography, Telediagnosis


Plan


 Cet article est issu d’une communication orale présentée lors du 124e congrès de la Société française d’ophtalmologie en mai 2018.


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 42 - N° 3

P. 281-287 - mars 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Correlations of blood lipids with early changes in macular thickness in patients with diabetes
  • J. Liang, W. Lei, J. Cheng
| Article suivant Article suivant
  • Dépistage de la rétinopathie diabétique par rétinographie non mydriatique : première campagne nationale au Liban
  • N. Arej, J. Antoun, R. Waked, C. Saab, M. Saleh, N. Waked

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.