Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La question du diagnostic psychologique en clinique de la douleur - 29/03/19

The question of psychological diagnosis in pain

Doi : 10.1016/j.amp.2018.01.011 
Véronique Barfety-Servignat
 Consultation Douleur et Rhumatologie, Clinique de Rhumatologie, CHRU de Lille, Boulevard Laine, 59000 Lille, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Dans son activité clinique en structure douleur chronique, le psychologue assure les fonctions d’évaluation et de diagnostic psychologique et psychopathologique, que personne d’autre n’assume. Cette démarche de repérage des places et fonctions de la douleur dans l’histoire et l’organisation psychique du sujet douloureux est essentielle pour la prise en charge du corps souffrant dans un aller-retour somato-psychique nécessaire. Toutefois, le remaniement nosographique a donné lieu à de nouvelles appellations dans lesquelles il n’est pas toujours simple de se repérer. Cette confusion est aussi entretenue par la médecine somaticienne lorsqu’elle médicalise la symptomatologie psychique. Poser un diagnostic questionne la place et la finalité de la démarche : comment il s’installe dans la relation thérapeutique, quel objectif pour quel soin, qui le partage, qui le discute… autant de questions nécessaires qui entretiennent humilité et capacité d’accueil de ce qui peut advenir. Ainsi le diagnostic ouvre et ne ferme pas, il concourt à donner du sens à ce qui n’en a pas ou n’en a plus. Mais le diagnostic peut tout autant stériliser pensée et prise en charge à partir du moment où il est posé sans préoccupation de sa finalité et de son adresse. Il est probablement plus judicieux de parler de processus diagnostique, car il faut du temps pour accéder à la trace douloureuse inscrite qui prend beaucoup de place dans l’espace interne, et pour sortir de cette organicité dans laquelle le patient s’est installé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Classically, the medical approach focuses on the close fit between the site, intensity, type of pain and objective tissue damage. The medical position is interested in what is objective. The psychological position has little interest in the symptom, it is interested in the subject. Medicine is interested in the body, the psychologist is interested in what the patient says about his body, the way he feels this body leaving him, abandoning him, making him suffer. For the psychologist, the body is subjective, there is no telling of a subject that is valid for another subject. The question therefore lies in what the patient presents to us and not in the reality of a disease. Pain has a definite anchoring and bodily appearance for everyone. Then the complexity for the clinical pain psychologist will be to articulate what is objective, i.e. the symptom, with what is subjective, i.e. the subject. It is not the medical sense that we are going to seek but the meaning of the subject, which makes sense for the subject. Nevertheless, what we learn or relearn from the pain clinic is that there is no physical pain without psychological counterpart and it is essential to think reciprocally: that is, there is no mental disorder without physical correlation. During his clinical activity in a chronic pain department, the psychologist performs the functions of evaluation psychological and psychopathological diagnosis. This process of tracking the places and functions of pain in the history and psychic organization of the patient in pain is essential for the care of the suffering body in a necessary somato-psychic round trip. However, the nosographical reorganization led to a renaming through which it may be hard to find one's way. This confusion is also maintained by the medical care of the psychic symptomatology, when provided by “somatic” medicine. To make a diagnosis questions the place and purpose of the approach: how it settles inside the therapeutic relationship, which goal is adapted to what type of care, who is sharing this goal, who discusses it… many questions that maintain humility and make room for what can happen. Hence the diagnosis opens and does not close, it helps to give meaning to what does not make sense, or not anymore. But the diagnosis also can sterilize thoughts and care if given with no preoccupation of its purpose and address. Thus, it would probably be more accurate to speak about a process of diagnosis, as it takes time to reach the registered painful trace, taking space in the internal space, and to get out of the “organicity” in which the patient settled down. When psychologists, who perform psychological and psychopathological evaluation functions, are absent or if the psychologist does not participate in this process, how is the psychic dimension understood, or even what can be understood of the psychic dimension? A subsidiary question arises: and who occupies this place?

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Bilan psychologique, Diagnostic, Douleur chronique, Médecine psychosomatique, Psychologue, Sujet

Keywords : Chronic Pain, Diagnosis, Psychosomatic medicine, Psychological assessment, Psychologist, Subject


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 177 - N° 4

P. 352-357 - avril 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’espace de la santé mentale : un paysage discursif et clinique en remaniement
  • Camille Veit
| Article suivant Article suivant
  • Adaptation française et analyse des qualités psychométriques du questionnaire d’évitement et de fusion (AFQ) dans une population adulte
  • Maya Corman, Michaël Dambrun, Jacques-Olivier Bay, Régis Peffault de La Tour

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.