Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Une intervention universelle permet-elle de réduire les inégalités sociales de corpulence chez les adolescents ? L’expérience de l’essai PRALIMAP - 19/04/19

Doi : 10.1016/j.respe.2019.03.112 
F. Manneville a, , A. Omorou a, b, K. Legrand a, b, J. Langlois a, c, E. Lecomte c, F. Guillemin a, b, S. Briançon a, b
a Université de Lorraine, EA 4360 Apemac, Nancy, France 
b Inserm - CHRU Nancy, CIC -1433 Epidémiologie clinique, Nancy, France 
c Conservatoire national des Arts et Métiers, CNAM, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Contexte

À l’adolescence, la corpulence diminue avec l’augmentation du statut socio-économique (SSE). Cette relation est connue sous le nom de gradient social de corpulence (GSC). L’essai PRALIMAP (Promotion de l’ALImentation et de l’Activité Physique) a permis de montrer qu’une intervention universelle comprenant une stratégie de dépistage et de prise en charge était un moyen efficace pour réduire la prévalence du surpoids et de l’obésité chez les adolescents. Cependant, la question de son impact sur la réduction du GSC n’a pas encore été abordée. L’objectif de la présente étude était d’évaluer l’impact de l’intervention PRALIMAP sur le GSC chez les adolescents.

Méthode

Les données longitudinales de 3504 adolescents ayant participé à l’essai PRALIMAP entre 2006 et 2009 ont été utilisées. Le statut pondéral des adolescents a été mesuré par l’indice de masse corporelle (IMC), le z-score de l’IMC et la prévalence du surpoids et de l’obésité. L’indice de position sociale des élèves a été utilisé pour mesurer le SSE des adolescents. Des modèles de régression linéaire et hiérarchique ont respectivement été utilisés pour mesurer le GSC à l’inclusion et son évolution après l’intervention.

Résultats

Pour l’ensemble des adolescents (âge moyen±écart type : 15,2±0,6), un GSC a été mis en évidence à l’inclusion. La corpulence diminuait significativement et linéairement avec l’augmentation du SSE : z-score de l’IMC (β=−0,06 ; p<0,0001), IMC (β=−0,36kg/m2 ; p<0,0001), prévalence du surpoids et de l’obésité (β=−2,86 % ; p<0,0001). Globalement, il n’y a pas eu de réduction du GSC après l’intervention. L’évolution de la corpulence ne différait pas significativement en fonction du SSE : z-score de l’IMC (β=0,01 [−0,02 ; 0,01], p=0,48), IMC (β=0,00kg/m2 [−0,04 ; 0,04], p=0,56), prévalence du surpoids et de l’obésité (β=0,01 % [−0,07 ; 0,05], p=0,73). Des résultats similaires ont été observés chez tous les groupes d’adolescents, qu’ils aient bénéficié ou non de la stratégie de dépistage et de prise en charge.

Conclusion

Cette étude n’a pas permis de montrer que l’intervention universelle PRALIMAP était un moyen efficace pour réduire les inégalités sociales de corpulence chez les adolescents. Il apparaît nécessaire d’envisager des interventions qui prennent en compte les différences sociales pour lutter contre ces inégalités.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Adolescents, Intervention universelle, Inégalités sociales de corpulence


Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 67 - N° S3

P. S140 - mai 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Splines multidimensionnelles pénalisées dans les modèles de survie : applications en épidémiologie des cancers
  • M. Fauvernier, L. Roche, Z. Uhry, L. Tron, N. Bossard, L. Remontet
| Article suivant Article suivant
  • Interaction entre l’obésité abdominale et l’indice de masse corporelle dans le risque cardiométabolique : résultats de la cohorte Constances
  • E. Wiernik, S. Kab, M. Goldberg, M. Zins

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.