Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Comparaison de deux traitements néo-adjuvants dans les sarcomes des tissus mous à haut risque : une approche par score de propension - 19/04/19

Doi : 10.1016/j.respe.2019.03.013 
A. Giraud a, , E. Stoeckle b, A. Michot b, J. Courrèges a, F. Le Loarer c, M. Toulmonde d, M. Pulido a, S. Mathoulin-Pélissier a, e
a Institut Bergonié, Unité d’épidémiologie clinique, Bordeaux, France 
b Institut Bergonié, Département de chirurgie, Bordeaux, France 
c Institut Bergonié, Département de biopathologie, Bordeaux, France 
d Institut Bergonié, Département d’oncologie médical, Bordeaux, France 
e Université de Bordeaux, U1219 - Equipe EPicene, Bordeaux, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Les sarcomes des tissus mous forment un groupe hétérogène de tumeurs malignes rares. L’histoire naturelle de ces tumeurs diffère en fonction de facteurs pronostiques intrinsèques (type histologique, grade…) et extrinsèques (qualité de la chirurgie..). La chirurgie conservatrice suivie d’un traitement adjuvant représente le standard de traitement dans la majorité des cas. L’objectif de l’étude était de comparer une série de patients traités par chimiothérapie néoadjuvante puis chirurgie à une série de patients traités par chirurgie première, en termes de survie globale. Une analyse par score de propension (SP) a été menée afin de pallier l’absence de randomisation et de tenir compte du déséquilibre entre les caractéristiques initiales des deux groupes.

Méthodes

Cette étude rétrospective unicentrique a été conduite chez les patients atteints d’un sarcome à haut risque des membres et de la paroi du tronc, non métastatiques, opérés à l’institut Bergonié et justifiant d’un traitement néoadjuvant entre 1988 et 2016. Tous ces patients sont enregistrés dans une base de données clinico–biologique déclarée (CNIL n°909510) à grande dimension. Le critère principal est la survie globale (SG), définie à partir de la date de diagnostic. La survie globale spécifique (décès dus au traitement et à la maladie) (SGS) et le temps jusqu’à l’apparition de métastases (TM) ont également été évalués. Pour chacun des critères, une analyse univariée, multivariée classique et par SP a été réalisée. Le SP désigne la probabilité d’être exposé à un traitement, selon un ensemble de caractéristiques initiales. Le SP est estimé à l’aide d’un modèle de régression logistique. La première méthode utilisée est l’appariement des sujets ‘non traités’ avec ceux ‘traités’, sur les covariables ayant un effet sur le traitement étudié. Les individus des deux groupes possédant des valeurs de SP proches sont appariés, et ceux non appariés sont écartés. La deuxième méthode utilisée est la pondération inverse sur les probabilités d’être traité. Les estimations des hazard ratio pondérés (HRp) ou appariés (HRa) et les intervalles de confiance à 95 % (IC) ont été présentés.

Résultats

Sur les 676 patients étudiés, 239 (35,4 %) ont reçu une chimiothérapie néoadjuvante et 437 (64,6 %) ont eu une chirurgie d’emblée. Les caractéristiques initiales, et notamment le grade, la taille et la profondeur de la tumeur, l’âge ou l’échelle de Karnofsky sont statistiquement différentes entre les deux groupes. La méthode d’appariement sur le SP a retiré 392 patients. L’effet de la chimiothérapie néoadjuvante sur la SG, la SGS et le TM n’est pas statistiquement significatif : SG [HR=0,94, IC=0,66–1,34] ; SGS [HR=0,84, IC=0,55–1,28] ; TM [HR=0,93, IC=0,64–1,36]. Les analyses par SP confirment ces résultats : SG [HRp=1,01, IC=0,84–1,21], [HRa=0,85, IC=0,59–1,24] ; SGS [HRp=0,97, IC=0,78–1,20], [HRa=0,76, IC=0,50–1,16] ; TM [HRp=0,88, IC=0,72–1,07], [HRa=0,79, IC=0,52–1,19].

Conclusion

Cette analyse ne met pas en évidence de différence significative en survie chez les patients traités par chimiothérapie néoadjuvante. L’analyse à l’aide du SP (deux méthodes) est concordante avec ces résultats. Il est nécessaire de rappeler que l’utilisation du SP ne peut prétendre atteindre le niveau de preuve des essais cliniques randomisés car l’absence de biais ne peut être garantie (biais inhérents aux facteurs de confusion non observés, biais d’évaluation…).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Sarcomes, Néo-adjuvant, Propension


Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 67 - N° S3

P. S146 - mai 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Une checklist pour les essais cliniques analysés en Bayésien
  • D. Ferreira, M. Barthoulot, J. Pottecher, P. Diemunsch, N. Meyer
| Article suivant Article suivant
  • Impact des troubles mentaux sur la prise en charge somatique hospitalière et coûts associés
  • A. Hammami, M. Michel, J. Gervaix, G. Haour, K. Chevreul

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.