Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Éxposition aux poussières de bois et risque de cancer broncho-pulmonaire dans l’étude ICARE - 19/04/19

Doi : 10.1016/j.respe.2019.03.057 
M. Matrat a, b, c, , S. Cénée a, J. Févotte d, L. Radoï a, e, D. Luce f, g, I. Stücker a
a Université Paris-Saclay, université Paris-Sud, UVSQ, CESP, Inserm, Équipe épidémiologie des cancers, gènes et environnement, CESP Inserm U1018, Villejuif, France 
b Faculté de médecine, université Paris-Est Créteil, service des pathologies professionnelles et de l’environnement, Créteil, France 
c Centre hospitalier intercommunal, service des pathologies professionnelles et de l’environnement, Créteil, France 
d Université Claude-Bernard Lyon 1, unité mixte de recherche épidémiologique et de surveillance transport travail environnement (UMRESTTE), Lyon, France 
e Université Paris-Descartes, faculté de chirurgie dentaire, Paris, France 
f InsermU1085, IRSET, Rennes, France 
g Université de Rennes 1, IRSET, Rennes, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Les poussières de bois étant une nuisance rencontrée par 369 600 travailleurs français en milieu professionnel, le but de cette étude est de déterminer, à partir de l’enquête ICARE, étude cas-témoins réalisée en population générale, s’il existe un risque de survenue de cancer broncho-pulmonaire en cas d’exposition professionnelle antérieure aux poussières de bois et quels en sont les déterminants professionnels.

Population et méthodes

Les 2276 cas et 2780 témoins de l’enquête ICARE ont été interrogés sur l’entièreté de leur parcours professionnel à partir de questionnaires dont un spécifique à l’exposition aux poussières de bois (type de bois, activité, produits chimiques employés, équipement de protection). Les odds-ratios (OR) et leurs intervalles de confiance ont été estimés à l’aide de régressions logistiques avec ajustement sur l’âge, le département de résidence, la consommation de tabac et le nombre total d’emplois. Un ajustement complémentaire sur les expositions professionnelles cumulées à la silice et à l’amiante a également été réalisé.

Résultats

Les hommes exposés à la poussière de bois plus de 5 % de leur temps de travail avaient un risque élevé de cancer broncho-pulmonaire (OR 1,5, [1,1 ; 1,9], qui augmentait significativement avec la durée d’exposition (p de tendance=0,03) et le temps écoulé depuis la première exposition (p de tendance=0,02). Après ajustement sur l’exposition à l’amiante et à la silice, les associations n’étaient plus significatives, mais le risque de cancer broncho-pulmonaire demeurait élevé chez les hommes exposés plus de 5 % de leur temps de travail (OR 1,3 [1,0 ; 1,7]). L’association était plus forte parmi ceux qui n’avaient jamais été exposés professionnellement à l’amiante (OR=2,3 [1,1 ; 4,8]) en particulier en cas de latence de plus de 40 ans depuis la première exposition (OR=3,8 [1,2 ; 11,7]). L’association entre exposition aux poussières de bois et cancer broncho-pulmonaire ne variait pas en fonction du type de bois. Cependant, les travailleurs utilisaient à la fois des essences dures ou tendres, et il n’était pas possible d’isoler un type unique de bois employé. L’utilisation de machine lors du ponçage ou du sciage ne modifiait pas le risque.

Conclusions

Il existe un risque accru de survenue de cancer broncho-pulmonaire en cas d’exposition professionnelle antérieure aux poussières de bois ce qui justifie la poursuite de la mise en œuvre de mesures de prévention collective aux postes de travail concernés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Expositions professionnelles, Poussières de bois, Cancer broncho-pulmonaire, Étude cas-témoins, Amiante


Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 67 - N° S3

P. S167 - mai 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Analyse par score de propension de l’efficacité d’un boost de radiothérapie chez les patients présentant une lésion hypoxique identifiée par TEP/TDM dans le cadre d’un cancer broncho-pulmonaire non à petites cellules (essai pilote RTEP5)
  • J. Lequesne, S. Mihailescu, S. Thureau, P. Vera
| Article suivant Article suivant
  • Diagramme d’Ishikawa appliqué à la performance de la prise en charge hospitalière
  • A. Seghrouchni, M. Obtel, R. Razine, E. Bouaiti

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.