Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Abusive head trauma, healthcare, and childhood professionals’ lack of knowledge is detrimental to the child's interest - 25/04/19

Doi : 10.1016/j.arcped.2019.01.003 
A. Laurent-Vannier a, , M. Chevignard a, b, c
a Service de rééducation pour enfants après lesions cérébrales acquises, hôpitaux de Saint-Maurice, 14, rue du Val-d’Osne, 94410 Saint-Maurice, France 
b Laboratoire d’imagerie biomédicale (LIB), Sorbonne université, CNRS, Inserm, 75006 Paris, France 
c Groupe de recherche clinique handicap cognitif et réadaptation, Sorbonne université, 75006 Paris, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

Objective

To assess the knowledge of professionals on abusive head trauma (AHT) and shaking so as to adapt their training and thus promote the improvement of AHT screening and prevention.

Method

A questionnaire was developed on the knowledge of the intensity of movement, the frequency of repetition, the existence and progression of sequelae over time, the legal nature of AHT as a criminal offence leading to the possibility of compensation, and the existence of HAS (French National Authority for Health) recommendations on shaken baby diagnosis and legal consequences.

Results

Over a 4-year period 311 physicians, 123 magistrates, and 644 early childhood professionals responded to the questionnaire as an introduction to a course on AHT. Whatever the professional field, incorrect answers (wrong or “I don’t know”) were frequent as to the possibility that play could induce AHT lesions (51–58%), the violence of the act (43–52%), the repetition of shaking (58–82.5%), the presence of side effects (52–58%), and the existence of recommendations to professionals (48–58.5%). Twenty to 47% of physicians and early childhood professionals were unaware that shaking a baby was a criminal offence and 20–27% were unaware that AHT required a report to the judicial authorities.

Discussion/Conclusion

This lack of knowledge about AHT is detrimental to the child. The improvement of initial and continuing education is necessary to help reduce the dysfunctions existing in the care of child victims of AHT.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Abusive head trauma, Shaking, Diagnosis, Judicial consequences, Compensation


Plan


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 26 - N° 4

P. 199-204 - mai 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Editorial board
| Article suivant Article suivant
  • Patients’ association programs for adolescents and young adults: The JAP study
  • C. Beaufils, P. Jacquin, A. Dumas, A. Limbourg, M. Romier, J.-P. Larbre, H. Mellerio, A. Belot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.