Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Lyme borreliosis and other tick-borne diseases. Guidelines from the French Scientific Societies (I): prevention, epidemiology, diagnosis - 14/05/19

Borréliose de Lyme et autres maladies vectorielles à tiques. Recommandations des sociétés savantes françaises (Argumentaire I) : prévention, épidémiologie, circonstances du diagnostic

Doi : 10.1016/j.medmal.2019.04.381 
J. Figoni a, b, C. Chirouze c, Y. Hansmann d, C. Lemogne e, V. Hentgen f, A. Saunier g, K. Bouiller c, J.F. Gehanno h, C. Rabaud i, S. Perrot j, E. Caumes k, C. Eldin l, T. de Broucker m, B. Jaulhac n, F. Roblot o, J. Toubiana p, F. Sellal q, F. Vuillemet q, C. Sordet r, B. Fantin s, G. Lina t, X. Gocko u, M. Dieudonné v, B. Bodaghi w, J.P. Gangneux x, B. Degeilh x, H. Partouche y, z, C. Lenormand aa, A. Sotto ab, A. Raffetin ac, J.J. Monsuez ad, C. Michel ae, N. Boulanger n, P. Cathebras af, P. Tattevin ag,

endorsed by scientific societies1

  Société française de dermatologie (SFD), Société française de rhumatologie (SFR), Fédération française de neurologie (FFN), Société française de neurologie (SFN), Collège national des généralistes enseignants (CNGE), Collège de la médecine générale (CMG), Société nationale française de médecine interne (SNFMI), Société française de microbiologie (SFM), Collège national des professionnels en psychiatrie - Collège national pour la qualité des soins en psychiatrie (CNPP-CNQSP), Association française de psychiatrie biologique et de neuropsychopharmacologie (AFPBN), Société de psychologie medicale et de psychiatrie de liaison de langue française (SPMPLLF), Société française de médecine du travail (SFMT), Société française de cardiologie (SFC), Société française de pédiatrie (SPD), Groupe de pathologies infectieuses pédiatriques (GPIP), Société française de rhumatologie et médecine interne pédiatrique (SOFREMIP), Société française d’ophtalmologie (SFO), Société française de mycologie médicale (SFMM), Société française de parasitologie (SFP), Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales (CMIT), Collège national des obstétriciens et gynécologues (CNOG), Société française d’étude et de traitement de la douleur (SFETD), Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF).

a Santé Publique France, 94410 St Maurice, France 
b Maladies infectieuses et tropicales, hôpital Avicenne, 93022 Bobigny, France 
c UMR CNRS 6249, maladies infectieuses et tropicales, université Bourgogne Franche Comté, centre hospitalo-universitaire, 25000 Besançon, France 
d Maladies infectieuses et tropicales, centre hospitalo-universitaire, 67000 Strasbourg, France 
e Inserm U1266, hôpital européen Georges-Pompidou, université Paris Descartes, AP–HP, 75015 Paris, France 
f Centre hospitalier, 78000 Versailles, France 
g Médecine interne et maladies infectieuses, centre hospitalier, 24750 Périgueux, France 
h Médecine du travail, centre hospitalo-universitaire, 76000 Rouen, France 
i Maladies infectieuses et tropicales, centre hospitalo-universitaire, 54100 Nancy, France 
j Centre d’étude et de traitement de la douleur, hôpital Cochin, 75014 Paris, France 
k Maladies infectieuses et tropicales, hôpital La Pitié-Salpêtrière, 75013 Paris, France 
l Maladies infectieuses et tropicales, IHU Méditerranée Infection, centre hospitalo-universitaire Timone, 13000 Marseille, France 
m Neurologie, hôpital Delafontaine, 93200 Saint-Denis, France 
n Laboratoire de bactériologie et CNR des Borrelia, faculté de médecine et centre hospitalo-universitaire, 67000 Strasbourg, France 
o Inserm U1070, maladies infectieuses et tropicales, centre hospitalo-universitaire, 86000 Poitiers, France 
p Service de pédiatrie générale et maladies infectieuses, hôpital Necker – Enfants Malades, AP–HP, 75014 Paris, France 
q Département de neurologie, hôpitaux Civil, 68000 Colmar, France 
r Rhumatologie, centre hospitalo-universitaire, 67000 Strasbourg, France 
s Inserm UMR 1137 IAME, médecine interne, hôpital Beaujon, université Paris Diderot, 92110 Clichy, France 
t Microbiologie, centre hospitalo-universitaire, 69000 Lyon, France 
u Département de médecine générale, faculté de médecine, 42000 Saint-Étienne, France 
v Centre Max Weber, CNRS, université Lyon 2, 69000 Lyon, France 
w Ophtalmologie, hôpital La Pitié-Salpêtrière, 75013 Paris, France 
x UMR_S 1085, Inserm-EHESP, laboratoire de parasitologie-mycologie, Irset université Rennes1, centre hospitalo-universitaire, 35000 Rennes, France 
y Cabinet de médecine générale, 93400 Saint-Ouen, France 
z Département de médecine générale, faculté de médecine, université Paris Descartes, 75006 Paris, France 
aa Dermatologie, hôpitaux universitaires de Strasbourg et faculté de médecine, université de Strasbourg, 67000 Strasbourg, France 
ab Maladies infectieuses et tropicales, centre hospitalo-universitaire, 30000 Nîmes, France 
ac Maladies infectieuses et tropicales, centre hospitalier intercommunal, 94190 Villeneuve-St-Georges, France 
ad Cardiologie, hôpital René Muret, 93270 Sevran, France 
ae Médecine générale, Strasbourg, 67000 France 
af Médecine interne, hôpital Nord, centre hospitalo-universitaire, 42000 Saint-Étienne, France 
ag Service des maladies infectieuses et réanimation médicale, hôpital Pontchaillou, CHU Pontchaillou, 35033 Rennes cedex, France 

Corresponding author.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mardi 14 mai 2019

Highlights

Lyme borreliosis is transmitted en France by the tick Ixodes ricinus, endemic in metropolitan France. In the absence of vaccine licensed for use in humans, primary prevention mostly relies on mechanical protection (clothes covering most parts of the body), that may be completed by chemical protection (repulsives). Secondary prevention relies on early detection of ticks after exposure, and mechanical extraction. There is currently no situation in France when prophylactic antibiotics would be recommended.
The incidence of Lyme borreliosis in France, estimated through a network of general practitioners (réseau Sentinelles), and nationwide coding system for hospital stays, has not significantly changed between 2009 and 2017, with a mean incidence estimated at 53 cases/100,000 inhabitants/year, leading to 1.1 hospital admission/100,000 inhabitants/year. Other tick-borne diseases are much more seldom in France: tick-borne encephalitis (around 20 cases/year), spotted-fever rickettsiosis (primarily mediterranean spotted fever, around 10 cases/an), tularemia (50–100 cases/year, of which 20% are transmitted by ticks), human granulocytic anaplasmosis (<10 cases/year), and babesiosis (<5 cases/year).
The main circumstances of diagnosis for Lyme borreliosis are cutaneous manifestations (primarily erythema migrans, much more rarely borrelial lymphocytoma and atrophic chronic acrodermatitis), neurological (<15% of cases, mostly meningoradiculitis and cranial nerve palsy, especially facial nerve) and rheumatologic (mostly knee monoarthritis, chronic or with recurrences). Cardiac and ophtalmologic manifestations are very rarely encountered.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Lyme borreliosis is transmitted en France by the tick Ixodes ricinus, endemic in metropolitan France. In the absence of vaccine licensed for use in humans, primary prevention mostly relies on mechanical protection (clothes covering most parts of the body) that may be completed by chemical protection (repulsives). Secondary prevention relies on early detection of ticks after exposure, and mechanical extraction. There is currently no situation in France when prophylactic antibiotics would be recommended. The incidence of Lyme borreliosis in France, estimated through a network of general practitioners (réseau Sentinelles), and nationwide coding system for hospital stays, has not significantly changed between 2009 and 2017, with a mean incidence estimated at 53 cases/100,000 inhabitants/year, leading to 1.3 hospital admission/100,000 inhabitants/year. Other tick-borne diseases are much more seldom in France: tick-borne encephalitis (around 20 cases/year), spotted-fever rickettsiosis (primarily mediterranean spotted fever, around 10 cases/year), tularemia (50–100 cases/year, of which 20% are transmitted by ticks), human granulocytic anaplasmosis (<10 cases/year), and babesiosis (<5 cases/year). The main circumstances of diagnosis for Lyme borreliosis are cutaneous manifestations (primarily erythema migrans, much more rarely borrelial lymphocytoma and atrophic chronic acrodermatitis), neurological (<15% of cases, mostly meningoradiculitis and cranial nerve palsy, especially facial nerve) and rheumatologic (mostly knee monoarthritis, with recurrences). Cardiac and ophtalmologic manifestations are very rarely encountered.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

La borréliose de Lyme est transmise en France par la tique Ixodes ricinus, présente sur tout le territoire métropolitain. En l’absence de vaccin, la prévention primaire repose sur les mesures de protection mécanique (vêtements couvrants), éventuellement complétées par la protection chimique (répulsifs). La prévention secondaire repose sur le repérage précoce des tiques après exposition et leur extraction mécanique. Il n’existe aucune situation justifiant une antibioprophylaxie post-piqûre de tiques en France. L’incidence de la borréliose de Lyme, estimée à travers le réseau Sentinelles et les codages des séjours hospitaliers, a été stable en France entre 2009 et 2017, avec une moyenne de 53 cas/100 000 habitants/an, à l’origine d’1,3 hospitalisation/100 000 habitants/an. Les autres maladies transmises par les tiques sont beaucoup plus rares en France : encéphalite à tiques (environ 20 cas/an), rickettsioses du groupe ‘boutonneux’ (fièvre boutonneuse méditerranéenne, environ 10 cas/an), tularémie (50 à 100 cas/an, dont 20 % transmis par des tiques), anaplasmose granulocytaire humaine (<10 cas/an) et babésiose (<5 cas/an). Les principaux points d’appel pour une borréliose de Lyme sont les manifestations cutanées (érythème migrant principalement, beaucoup plus rarement lymphocytome borrélien et acrodermatite chronique atrophiante), neurologiques (<15 % des cas, essentiellement méningoradiculite et atteinte d’un ou plusieurs nerf(s) crânien(s), surtout le nerf facial) et articulaires (principalement monoarthrite récidivante du genou). Les manifestations cardiaques et ophtalmologiques sont exceptionnelles.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Lyme borreliosis, Prevention, Ticks, France, Erythema migrans, Arthritis, Neuroborreliosis

Mots clés : Borréliose de Lyme, Prévention, Tiques, France, Érythème migrant, Arthrite, Neuroborréliose


Plan


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.