Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Possible intentions and the doctrine of double effect - 18/05/19

Intentions possibles et la doctrine du double effet

Doi : 10.1016/j.jemep.2018.12.001 
C. Frugé
 106, Somerset Street, 5th Floor, NJ 08901 New Brunswick, USA 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Summary

Under the standard formulation of the Doctrine of Double Effect, an act is permissible only if it is the result of an intention to do good and not the result of an intention to do bad. Many find that this absurdly ties the act's permissibility to the agent's character and not to features of the act itself. In light of such criticism, some philosophers have reformulated the doctrine so that it holds that an act is permissible given that it results from an intention to do good by some agent. I argue that this appeal to possible intentions to do good fails. There is no modal or moral reason to privilege intentions to do good over those to do bad, and without privileging them, this version of the Doctrine of Double Effect leads to contradiction. In many scenarios, if a possible intention to do good is considered to be sufficient for permissibility, then in that same scenario a possible intention to do bad should be sufficient for impermissibility. However, one and the same act can have both possible intentions to do good and possible intentions to do bad. Thus, the principle leads to the contradictory ruling that one and the same act is both permissible and impermissible.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Selon la formulation standard de la doctrine du double effet, un acte n’est admissible que s’il résulte d’une intention de faire le bien et non d’une intention de faire le mal. Beaucoup trouvent que cela lie de manière absurde la validité d’un acte au caractère de l’agent et non aux caractéristiques de l’acte lui-même. À la lumière de ces critiques, certains philosophes ont reformulé la doctrine de sorte qu’elle considère qu’un acte soit permis s’il résulte d’une intention de faire le bien par un agent. Je soutiens que cet appel aux intentions possibles de faire le bien est un échec. Il n’y a pas de raison modale ou morale pour privilégier les intentions de faire le bien par rapport à celles de faire le mal. Sans les privilégier, cette version de la doctrine du double effet conduit à la contradiction. Dans de nombreux cas, si une éventuelle intention de faire le bien est jugée suffisante pour permettre la licéité, alors, dans ce même scénario, une éventuelle intention de faire le mal devrait suffire à l’inadmissibilité. Pourtant, un même acte peut être lié à la fois à des intentions de faire le bien et à des intentions de faire le mal. Ainsi, ce principe conduit à la conclusion contradictoire selon laquelle un même acte est à la fois admissible et interdit.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Doctrine of double effect, Intentions, Justification, Modality, Permissibility

Mots clés : Doctrine de double effet, Intentions, Justification, Modalité, Licéité


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 8

P. 11-17 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Bioethics in a violent world: Introduction
  • Michael Lamport Commons
| Article suivant Article suivant
  • Imaginaire, mythe et concept en éthique médicale
  • J.-P. Cléro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.