Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Troubles moteurs œsophagiens - 23/05/19

[9-201-A-10]  - Doi : 10.1016/S1155-1968(19)92022-0 
M.-A. Guillaumot a, b, M. Barret a, b,
a Service de gastroentérologie, Hôpital Cochin, 27, rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75014 Paris, France 
b Université Paris-Descartes, Paris, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le vendredi 24 mai 2019

Résumé

Les troubles moteurs œsophagiens se manifestent le plus souvent par une dysphagie et/ou des douleurs thoraciques pseudoangineuses. En première intention, une endoscopie œso-gastro-duodénale permet d'éliminer une sténose œsophagienne ou œsogastrique. L'examen de référence est la manométrie œsophagienne à haute résolution, qui permet d'affirmer et de caractériser le trouble moteur. Le transit œso-gastro-duodénal peut être également une aide au diagnostic, notamment en cas de manométrie non ou peu contributive, en précisant le calibre et la clairance œsophagienne. Les troubles moteurs œsophagiens sont classés selon la classification de Chicago version 3.0 selon trois grands types : les obstructions de la jonction œsogastrique (principalement l'achalasie), les anomalies majeures et les anomalies mineures du péristaltisme. L'achalasie est le trouble moteur œsophagien le mieux caractérisé. Il s'agit d'un défaut de relaxation de la jonction œsogastrique associé à une absence de contraction œsophagienne normale lors des déglutitions. Elle est due à la perte des plexus nerveux inhibiteurs de la musculeuse œsophagienne, sans que le mécanisme causal en soit identifié. Son traitement repose sur la levée de l'obstruction de la jonction œsogastrique soit par dilatation endoscopique, soit par myotomie chirurgicale ou endoscopique. Les anomalies majeures du péristaltisme comportent le spasme œsophagien distal, l'œsophage marteau-piqueur et le péristaltisme absent. Le spasme œsophagien distal et l'œsophage marteau-piqueur, ou troubles moteurs hypertensifs, peuvent être isolés ou associés à un reflux gastroœsophagien. Leur traitement vise à diminuer la vigueur des contractions de manière pharmacologique (dérivés nitrés, inhibiteurs calciques), par injection de toxine botulique dans l'œsophage, ou mécanique par une myotomie œsophagienne. Les anomalies mineures du péristaltisme comportent le syndrome de motricité œsophagienne inefficace et le péristaltisme fragmenté. Ils sont fréquemment associés au reflux gastroœsophagien mais peuvent également être observés chez des sujets sains. Leur traitement est fondé sur le traitement du reflux gastroœsophagien.


Mots-clés : Manométrie œsophagienne, Dysphagie, Trouble moteur œsophagien, Achalasie


Plan


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.