Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pour une sémiologie clinique de la violence : le retour des « quartiers des agités » - 04/06/19

For a clinical semiology of violence: The return of the “Quartiers des agités”

Doi : 10.1016/j.evopsy.2019.02.002 
Vincent Di Rocco  : Maître de conférences HDR, Magali Ravit : Professeur des Université
 EA 653 CRPPC, Institut de Psychologie, Université Lumière-Lyon 2, 5, avenue Pierre-Mendès-France, 69676 Bron cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

De nos jours, la notion de violence occupe une place de plus en plus grande dans le champ psychiatrique et psychopathologique qui mérite d’être interrogée. D’abord repérée comme un « comportement violent » se prêtant à une analyse psychanalytique, la violence a été un objet d’étude psychopathologique aux frontières de la criminalité et de la psychopathologie, pour devenir une quasi-entité clinique avec la notion de « patient violent », dont la dangerosité doit être évaluée, qui fait suite à celle de « malade difficile ».

Méthodes

L’étude des développements des travaux psychanalytiques sur la psychopathologie de l’agir redonnent une dynamique psychique et un sens au passage à l’acte devenu une modalité d’expression de la souffrance psychique en devenant un passage par l’acte porté par des processus psychiques complexes.

Résultats

L’extension de la notion de « patient violent » abrase les riches notions sémiologiques issues de l’observation psychiatrique classique. L’agitation, la fureur, le raptus, l’état confusionnel, ou l’accès aigu d’angoisse peuvent gagner à être relus avec l’éclairage psychopathologique actuel et permettre de rétablir une pensée clinique organisatrice des pratiques de soins.

Discussion

La réponse institutionnelle, qui contraint les corps et isole de la société, souligne, en négatif, que la clinique de la violence est avant tout une clinique du corps et de la rencontre intersubjective marquée par des angoisses massives.

Conclusion

C’est en redonnant une place au corps et à l’acte dans l’expression de « terreurs agonistiques » que l’on peut retrouver une sémiologie clinique faisant sortir la violence d’une vision unique et menaçante.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Aims

Today, the notion of violence occupies an increasingly large place in the psychiatric and psychopathological field, which deserves to be explored. First identified as “violent behavior” amenable to psychoanalytic analysis, violence has been an object of psychopathological study on the boundaries between crime and psychopathology, to become a quasi clinical entity with the notion of the “violent patient” whose dangerousness must be evaluated, following on from that of the “difficult patient”.

Methods

The study of developments in psychoanalytic work and the psychopathology of action give a psychic dynamic and a meaning to acting out, which becomes a mode of expression of psychic suffering, an acting out mobilised by complex psychic processes.

Results

The extension of the notion of the “violent patient” goes against the rich semiological notions derived from classic psychiatric observation. The agitation, the fury, the raptus, the confusional state, or the acute attack of anguish can be usefully reread in the light of current psychopathological trends, and this can make it possible to reestablish a clinical view of the organization of care practices.

Discussion

The institutional response, which constrains bodies and isolates them from society, puts negative emphasis on the fact that the clinical approach to violence is above all a clinical approach to the body and an intersubjective encounter entailing massive anxieties.

Conclusion

It is by giving back a place to the body and to the act in the expression of “agonistic terrors” that we can find a clinical semiology that brings violence out of a solely threatening perspective.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Psychiatrie, Violence, Sémiologie

Keywords : Psychiatry, Violence, Semiology


Plan


 Toute référence à cet article doit porter mention : Di Rocco V, Ravit M. Pour une sémiologie clinique de la violence : le retour des « quartiers des agités ». Evol psychiatr 2019;84(2):pages (pour la version papier) ou URL [date de consultation] (pour la version électronique).


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 84 - N° 2

P. 253-259 - avril 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Index
  • Bernard Andrieu
| Article suivant Article suivant
  • La contrainte consentie : après le DSM-5, quelle thérapie BDSM ?
  • Bernard Andrieu, Claire Lahuerta, Asia Luy

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.