Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Nosography and classification of mental diseases in the history of psychiatry - 04/06/19

Nosographie et classifications des maladies mentales dans l’histoire de la psychiatrie

Doi : 10.1016/j.evopsy.2015.07.006 
Jean Garrabé  : Président d’honneur de L’Évolution psychiatrique
 7, place Pinel, 75013 Paris, France 

Corresponding author.

Abstract

Objective

Retrace the history regarding the classification of diseases, notably mental diseases, from the birth of psychiatry at the beginning of the 19th century and up to the 10th revision of the International Classification of diseases published by the WHO (in 1993).

Method

Study the classifications proposed successively by the nosographists during this period.

Results

In the 18th century, physicians classified diseases in the same way as animal and vegetal species (Carl von Linné). In the 19th century, following several attempts in France and Germany to classify mental diseases according to known or suspected aetiological and pathogenic factors (B.-A. Morel, Griesinger), psychiatrists classified psychosis and neurosis according to their clinical symptomatology and their development over time, from their onset up to the terminal stage. In 1893, J. Bertillon proposed a “Nomenclature of diseases” during the International Congress of Statistics in Chicago that permitted their classification, so as to classify-collect statistical epidemiological data on international level. Revisions were made between the two world wars by the Office of Health of the Society of Nations (Geneva). Following the foundation in 1948 of the WHO, it was the latter that continued the revisions of the International classification of diseases (ICD), Chapter V (F) of which is dedicated to disorders.

Discussion

The debate on the question of classifications in psychiatry has always taken place during the World Congress on Psychiatry since its initiation in Paris in 1951. In 1976, during the sixth congress in Honolulu, a resolution was adopted requesting the national psychiatric societies that had a classification of mental diseases to revise the latter so that they tallied with Chapter V(F) of the ICD. The American Psychiatric Association revised its Diagnosis and Statistical Manuel of mental disorders (DSM) and published the DSM III. In France, a group of pedopsychiatrists published a French classification of Mental disorders in children and adolescents (Classification Française des Troubles Mentaux de l’Enfant et de l’Adolescent [CFTMEA]), the last revision of which was published in 2012 (CFTMEA R 2012).

Conclusion

This study shows that it is not possible to propose a classification of mental diseases, in particular according to the development of psychiatry at the time it is drawn up; it can only be of value within the cultural context of the country in which it is to be used.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectif

Retracer l’histoire de la question des classifications des maladies et notamment des troubles mentaux depuis la naissance de la psychiatrie au début du xixe siècle jusqu’à la 10e révision de la Classification internationale des maladies publiée par l’OMS (en 1993).

Méthode

Étudier les classifications successivement proposées par les nosographes pendant cette période.

Résultat

Au xviiie siècle, les médecins classaient les maladies de la même manière que les espèces animales et végétales (Carl von Linné). Au xixe siècle après plusieurs tentatives en France et en Allemagne de classer les maladies mentales en fonction de facteurs étiologiques et pathogéniques connus ou supposés (B.-A. Morel, Griesinger), les psychiatres classent les psychoses et les névroses en fonction de leur symptomatologie clinique et de l’évolution de celle-ci dans le temps depuis leur début jusqu’au stade terminal. En 1893, J. Bertillon proposa au Congrès international de statistique de Chicago, une « nomenclature des maladies » permettant de les classer pour classer et recueillir les données statistiques épidémiologiques au niveau international. Les révisions furent dans l’entre-deux-guerres effectuées par le Bureau santé de la société des nations (Genève). Après la fondation en 1948 de l’OMS, c’est celle-ci qui poursuivit les révisions de la Classification internationale des maladies dont le chapitre particulier V (F) est réservé aux troubles.

Discussion

La discussion de la question des classifications en psychiatrie à toujours eu lieu lors des Congrès mondiaux de psychiatrie depuis le premier à Paris en 1951. Lors du vie Congrès à Honolulu en 1976, une résolution fut adoptée demandant aux sociétés nationales de psychiatrie qui disposaient d’une classification des maladies mentales de la réviser pour la mettre en concordance avec le chapitre V(F) de la CIM. L’American Psychiatric Association révisa son Manuel de Diagnostic Statistique (DSM) et publia le DSM III. En France, un groupe de pédopsychiatres publia une Classification française des troubles mentaux de l’enfant et de l’adolescent CFTMEA dont la dernière révision a été publiée en 2012 (CFTMEA R 2012).

Conclusion

Cette étude montre qu’il n’est possible de proposer une classification des maladies mentales, surtout qu’en fonction du développement de la psychiatrie au moment où elle est élaborée ; elle n’est valable que dans le contexte culturel du pays où elle doit être utilisée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Psychiatry, Psychiatric pathology, Nosography, International classification of diseases, DSM

Mots clés : Psychiatrie, Pathologie psychiatrique, Nosographie, Classification internationale des maladies, DSM


Plan


 To quote this article, use the French print version. Garrabé J. Nosographie et classifications dans l’histoire de la psychiatrie. Evol Psychiatr 2014;79(1):5–18. http://http://dx.doi.org/10.1016/j.evopsy.2013.11.002.


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 84 - N° 2

P. e15-e28 - avril 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Approche psychomotrice de l’Être sous contrainte au cours des 24 premières heures d’hospitalisation en UNV-A après un AVC ischémique
  • Marie Agostinucci, Chantal Dutems-Carpentier, Sylvain Hanneton, Bernard Andrieu
| Article suivant Article suivant
  • Richard III : du préjudice à la revendication
  • Nicolas Brémaud

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.