Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Quel est le VRAI risque au long cours des inhibiteurs de la pompe à protons ? - 05/06/19

What is the REAL long-term risk of proton pump inhibitors?

Doi : 10.1016/j.lpm.2019.02.011 
Sophie Ribiere 1, 2, Marie-Anne Guillaumot 1, 2, Amélie Barré 1, 2, Einas Abou Ali 1, 2, Maximilien Barret 1, 2, Stanislas Chaussade 1, 2, Romain Coriat 1, 2,
1 Assistance publique Hôpitaux de Paris (AP–HP), hôpital Cochin, service de gastroentérologie, 27, rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75014 Paris, France 
2 Université Paris-Descartes, 12, rue de l’École de médecine, 75006 Paris, France 

Romain Coriat, hôpital Cochin, service de gastroentérologie, d’endoscopie et d’oncologie digestive, 27, rue du Faubourg-St-Jacques, 75014 Paris, France.hôpital Cochin, service de gastroentérologie, d’endoscopie et d’oncologie digestive27, rue du Faubourg-St-JacquesParis75014France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) font parti des médicaments les plus prescrits au monde. Si leur efficacité dans une prise en charge aiguë est indiscutable, il a été longtemps suggéré une innocuité du traitement par IPP au long cours. Depuis quelques années une inquiétude croissante et justifiée existent sur les risques au long cours des IPP. La majorité des effets secondaires rapportés reposent sur des études observationnelles avec un faible niveau de preuve. Concernant les risques digestifs les IPP semblent augmenter le risque d’infections à Salmonelle et à Campylobacter. En revanche le lien entre IPP et infection à Clostridium difficile n’est pas établi. Les IPP au long cours pourraient être responsables d’une augmentation du risque de cancer gastrique d’après plusieurs études récentes. Concernant les risques extra-digestifs, les IPP sont associés à une augmentation modérée du risque d’insuffisance rénale chronique via un mécanisme de néphrite interstitielle. Les IPP sont également pourvoyeurs de carence martiale et pourraient être associés à une carence en vitamine B12 et en magnésium chez certains patients. D’autres effets indésirables ont été suggérés sans qu’aucun lien de causalité ne soit établi (i.e., démence ou fractures osseuses, risque cardiovasculaire). Dans cette revue nous aborderons les différents effets indésirables des IPP au long cours et leur niveau de preuve.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Proton pump inhibitors (PPIs) are among the most prescribed drugs in the world. While their efficacy in acute management is indisputable, it has long been suggested that PPI therapy is safe in the long term. In recent years, there has been growing and justified concern about the long-term risks of PPIs. The majority of reported side effects are based on observational studies with a low level of evidence. Concerning digestive risks, PPIs seem to increase the risk of Salmonella and Campylobacter infections. However, the link between PPIs and Clostridium difficile infection is not established. Long-term PPIs may be responsible for an increased risk of gastric cancer according to several recent studies. With regard to extra-digestive risks, PPIs are associated with a moderate increase in the risk of chronic renal failure via an interstitial nephritis mechanism. PPIs also provide martial deficiency and may be associated with vitamin B12 and magnesium deficiency in some patients. Other adverse reactions have been suggested without any causal relationship being established (i.e., dementia or bone fractures, cardiovascular risk). In this review we will discuss the different long-term adverse effects of PPIs and their level of evidence.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 5

P. 503-510 - mai 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Influence du trouble stress post-traumatique sur l’asthme
  • Michel Underner, Nelly Goutaudier, Gérard Peiffer, Jean Perriot, Ghina Harika-Germaneau, Nematollah Jaafari
| Article suivant Article suivant
  • “That most interesting disease”
  • François Delahaye

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.