Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Incidence of thyroid dysfunctions during treatment with nivolumab for non-small cell lung cancer: Retrospective study of 105 patients - 05/06/19

Incidence des effets indésirables thyroïdiens chez les patients ayant un cancer bronchique non à petites cellules au cours d’un traitement par nivolumab

Doi : 10.1016/j.lpm.2018.10.019 
Pauline Campredon 1, Céline Mouly 1, Amélie Lusque 2, Laurence Bigay-Game 3, Emilie Bousquet 3, Julien Mazières 3, Philippe Caron 1,
1 CHU Larrey, Department of endocrinology and metabolic diseases, 31059 Toulouse, France 
2 Institut Claudius-Regaud, IUCT-O, Department of statistics, 31100 Toulouse, France 
3 CHU Larrey, Pulmonology department, Toulouse, France 

Philippe Caron, CHU Larrey, Cardiovascular and Metabolic Unit, Department of Endocrinology and Metabolic Diseases, TSA 30030, 24, chemin de Pouvourville, 31059 Toulouse cedex, France.CHU Larrey, Cardiovascular and Metabolic Unit, Department of Endocrinology and Metabolic Diseases, TSA 3003024, chemin de PouvourvilleToulouse cedex31059France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Summary

Introduction

Immunotherapy is a standard not only in second line but also in first line treatment in patients with non-small cell lung cancer (NSCLC) and other tumors. Thyroid dysfunctions are the most common endocrine toxicities.

Objective

To determine the incidence of thyroid dysfunctions during treatment with a PD-1 monoclonal antibody (nivolumab) in patients with NSCLC.

Methods

Retrospective study of patients treated with nivolumab for NSCLC between May 2015 and December 2016; euthyroidism within the 3 months preceding immunotherapy; monitoring of thyroid function tests until stopping nivolumab, death or February 2017. Patients treated with levothyroxine, amiodarone or another immunotherapy were excluded.

Results

Among 183 patients treated, 105 fullfilled the inclusion criteria (72 males, median age: 61 years [range: 41–80]). Fifteen patients (14.3%) experienced a thyroid dysfunction; among them, compared to the “control” group (n=90), we found more females (53.3% vs. 27.8%; P=0.07), and younger patients (median age: 56 years vs. 62 years; P=0.02). Thirteen patients had thyrotoxicosis (median onset: 8 weeks), and then hypothyroidism was observed in 5 patients. Isolated hypothyroidism was rare (n=2) and late (median: 30 weeks). Three patients had anti-TPO antibodies. Three patients discontinued immunotherapy transiently due to thyroid dysfunctions. After a median follow-up of 9 months [95% CI, 7.5–10.3], one patient (6.7%) in the “thyroid dysfunctions” group and 30 patients (33.3%) in the “control” group died, with a trend toward a higher overall survival in the “thyroid dysfunctions” group (HR: 0.16 [95% CI, 0.02–1.15]; P=0.07).

Conclusion

Thyroid dysfunctions (isolated thyrotoxicosis, biphasic thyroiditis and hypothyroidism) were common, and required patients with NSCLC to be screened during nivolumab therapy.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

L’immunothérapie par le nivolumab (anticorps monoclonal anti-PD-1) représente un traitement de 1re et 2e ligne des formes avancées du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) en particulier. Les dysthyroïdies en sont les toxicités endocriniennes les plus fréquentes.

Objectif Déterminer l’incidence des dysthyroïdies lors d’un traitement par nivolumab pour un CBNPC.

Méthodes

Étude rétrospective de patients ayant débuté un traitement par nivolumab entre mai 2015 et décembre 2016 pour un CBNPC, euthyroïdiens dans les 3 mois précédant l’immunothérapie, suivis jusqu’à arrêt du nivolumab, au décès ou en février 2017. Étaient exclus les patients traités par lévothyroxine, amiodarone ou une autre immunothérapie.

Résultats

Parmi 183 patients traités, 105 ont été inclus (72 hommes, âge médian : 61 ans [minimum–maximum : 41–80]). Quinze patients (14,3 %) ont eu une dysthyroïdie ; parmi eux, comparés au groupe témoin (n=90), il y avait plus de femmes (53,3 % vs 27,8 % ; p=0,07), et des sujets plus jeunes (âge médian : 56 ans vs 62 ans ; p=0,02). Treize patients ont eu une thyrotoxicose (médiane d’apparition : 8 semaines), suivie d’une hypothyroïdie chez 5 patients. L’hypothyroïdie isolée était rare (n=2) et tardive (médiane : 30 semaines). Trois patients avaient des anticorps anti-TPO. Trois patients ont stoppé l’immunothérapie transitoirement en lien avec la dysthyroïdie. Après un suivi médian de 9 mois [IC 95 % 7.5–10.3], un patient (6,7 %) est décédé dans le groupe dysthyroïdie et 30 patients (33,3 %) dans le groupe témoin, avec une tendance à une meilleure survie globale dans le groupe dysthyroïdie (HR : 0,16 [IC 95 % 0,02–1,15] ; p=0,07).

Conclusion

Les dysthyroïdies, thyrotoxicose ou thyroïdite biphasique, sont fréquentes et imposent leur dépistage lors d’un traitement par nivolumab.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Incidence, Nivolumab, Thyrotoxicosis, Hypothyroidism, Thyroiditis

Mots clés : Incidence, Nivolumab, Thyrotoxicose, Hypothyroïdie, Thyroïdite


Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4

P. e199-e207 - avril 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Vers la suppression des « praticiens guérisseurs » en Allemagne ?
  • Hendrik van den Bussche, Norbert Schmacke
| Article suivant Article suivant
  • Marketing des jeux de hasard et d’argent, un enjeu de santé publique ?
  • Morgane Guillou Landreat, Jeremy Deriennic, Paul Brunault, Gaelle Challet Bouju, Karine Gallopel Morvan, Marie Grall Bronnec

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.