Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Sarcomes de la prostate, diagnostic et prise en charge - 06/06/19

[18-560-E-10]  - Doi : 10.1016/S1762-0953(19)73312-3 
A. Barrier a,  : Assistant spécialiste, A. Villers a : Professeur des Universités, praticien hospitalier, F. Dubois b : Interne des Hôpitaux, A. Croué c : Praticien hospitalier, F. Ouacel d : Praticien hospitalier, D. Chautard b : Praticien hospitalier, J.-P. Saint-André c : Professeur des Universités, praticien hospitalier, A.-R. Azzouzi b : Professeur des Universités, praticien hospitalier
a Service d'urologie, Hôpital Claude-Huriez, CHRU de Lille, rue Michel-Polonowski, 59037 Lille cedex, France 
b Service d'urologie, CHU d'Angers, 4, rue Larrey, 49933 Angers, France 
c Service d'anatomopathologie, CHU d'Angers, 4, rue Larrey, 49933 Angers, France 
d Chirurgie infantile viscérale, CHU d'Angers, 4, rue Larrey, 49933 Angers, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Les sarcomes de prostates sont des tumeurs rares et représentent moins de 0,1 % des tumeurs primitives prostatiques. Les sous-types anatomopathologiques sont variés et dont l'architecture microscopique est bien connue. Ils comprennent majoritairement les rhabdomyosarcomes, qui sont plus fréquents chez les enfants, et les léiomyosarcomes, qui le sont plus chez les adultes. La classification de ces tumeurs est celle de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) mise à jour en 2016. La présentation clinique typique est la survenue d'une dysurie, rapidement progressive chez un sujet jeune. Des signes d'envahissement pelvien avec hématurie, irritation vésicale ou ténesme sont fréquents car le diagnostic est souvent réalisé au stade localement avancé ou métastatique. Les examens paracliniques précisent la nature et le siège de la tumeur, ainsi que son extension locorégionale et à distance. Le bilan initial comprend une imagerie par tomodensitométrie thoraco-abdomino-pelvienne. L'apport de l'imagerie par résonance magnétique (IRM) pelvienne précise ces données en plus du scanner. Une échographie endorectale peut être utile en cas de sarcome prostatique localement évolué. Un dosage de prostate specific antigen (PSA) peut écarter un adénocarcinome de prostate qui est le principal diagnostic différentiel. Une biopsie est nécessaire pour confirmer le diagnostic avant toute chirurgie, dont les lames sont relues par un réseau de relecture en pathologie des sarcomes avant présentation en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) spécialisée. Le traitement des sarcomes de prostate est multimodal. Chez l'enfant, le traitement repose sur une chimiothérapie d'induction (fosfamide, vincristine et actinomycine [IVA]) suivie d'un traitement local associant chirurgie et curiethérapie le plus souvent. Chez l'adulte, le traitement repose sur la chirurgie monobloc. La radiothérapie est en évaluation ainsi que la chimiothérapie dans les formes localisées. La chimiothérapie néoadjuvante se discute en RCP quand un bénéfice fonctionnel peut être obtenu par une diminution du volume tumoral. Le choix dépend du sous-type histologique, comportant le plus souvent des anthracyclines. De nouvelles molécules ciblées sur chaque sous-type de sarcome sont en cours d'évaluation. Le patient peut nécessiter une dérivation urinaire le temps du bilan et d'un éventuel traitement néoadjuvant en cas de dilatation pyélocalicielle. La chirurgie repose sur la prostatectomie totale ou cystoprostatectomie selon l'avancement tumoral local. La reconstruction vésicale par entérocystoplasie a un intérêt chez les sujets jeunes étant donné leur espérance de vie allongée. Les sarcomes sont des tumeurs radiosensibles qui font de la radiothérapie externe une thérapeutique de choix en néoadjuvant, adjuvant ou pour traiter des métastases à distance. L'Institut national du cancer (INCa) recommande que ces patients soient traités dans des centres spécialisés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Sarcome de prostate, Rhabdomyosarcome, Léiomyosarcome, Chimiothérapie


Plan


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Hormonoradiothérapie du cancer de la prostate : rationnel et indications
  • O. Chapet, C. Enachescu, D. Azria, F. Lorchel
| Article suivant Article suivant
  • Irradiation du cancer de la prostate
  • F. Pène, A. Toledano, M. Labidi, W. Ksouri

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.