Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Vascularites médicamenteuses : à propos d’une série de 13 cas - 06/06/19

Drug-induced vasculitis

Doi : 10.1016/j.therap.2018.07.005 
Neila Fathallah a, , Bouraoui Ouni a, Sana Mokni b, Khadija Baccouche c, Amira Atig d, Najat Ghariani b, Awatef Azzabi e, Mohamed Denguezli b, Raoudha Slim a, Chaker Ben Salem a
a Département de pharmacologie, faculté de médecine de Sousse, université de Sousse, avenue Md Karoui, 4002 Sousse, Tunisie 
b Département de dermatologie, CHU Farhat Hached, 4002 Sousse, Tunisie 
c Département de rhumatologie, CHU Farhat Hached, 4002 Sousse, Tunisie 
d Département de médecine Interne, CHU Farhat Hached, 4002 Sousse, Tunisie 
e Département de néphrologie, CHU Sahloul, 4002 Sousse, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Summary

Introduction

Drug-induced vasculitis is reported in almost 10–20 % of vasculitis. Several drugs may be incriminated in their occurrence. Our study aimed to study the epidemiological, clinical, histopathological and evolutionary characteristics of drug-indced vasculitis from a series of cases and to specify the different drugs involved.

Methods

We conducted a retrospective study during the period from January 2006 to December 2015 from the cases notified to the regional pharmacovigilance center of Sousse, Tunisia. The diagnosis was established according to the criteria proposed by the group of the American college of rheumatology (ACR).

Results

Our study included thirteen cases of drug-induced vasculitis over a ten-year period, with an mean incidence of 1.3 new cases per year. Mean age of patients was 40.84 years. The mean delay from the treatment onset was 14.46 days with extremes ranging from 5 days to six weeks. Most patients had pure skin involvement. Association with other extracutaneous complaints was present in five cases. Cutaneous biopsy was performed in all patients showing a pathological pattern of leukocytoclastic vasculitis, associated with fibrinoid necrosis, extravasation of red blood cells and allergic capillaritis. The outcome was favorable for all patients. The offending drugs in our series were amoxicillin, pristinamycin, rifampicin, fluconazole, metformin, glimepiride, phenobarbital, gabapentin, fenofibrate, ibuprofen, allopurinol, rituximab and tinzaparin.

Conclusion

Anamnestic, clinical, biological and histopathological findings allow the early recognition of drug-induced vasculitis. Adequate treatment prevents systemic spreading and a worse prognosis.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

Les vascularites cutanées médicamenteuses représentent 10 à 20 % des cas de vascularites cutanées secondaires. Plusieurs médicaments peuvent être incriminés dans leur survenue. Notre étude avait pour objectifs d’étudier les caractéristiques épidémiologiques, cliniques, histopathologiques et évolutives des vascularites cutanées médicamenteuses à partir d’une série de cas.

Méthodes

Nous avons mené une étude rétrospective de janvier 2006 à décembre 2015 à partir des cas notifiés au centre régional de pharmacovigilance de Sousse, Tunisie et provenant des services du CHU de Farhat Hached et de Sahloul de Sousse, Tunisie. Le diagnostic a été établi selon les critères proposés par le groupe de l’American college of rheumatology (ACR).

Résultats

Nous avons recensé treize cas de vascularites cutanées sur une période de dix ans, soit une incidence moyenne de 1,3 nouveaux cas par an. L’âge moyen était de 40,84 ans. Le délai moyen d’apparition de la vascularite depuis l’introduction du médicament était de 14,46jours avec des extrêmes variant de 5jours à six semaines. La majorité avait une atteinte dermatologique isolée. L’association à d’autres plaintes extracutanées a été notée dans cinq cas. Une biopsie cutanée a été réalisée chez tous nos patients montrant un aspect histologique de vascularite leucocytoclasique, associée à une nécrose fibrinoïde, une extravasation des globules rouge et une capillarite allergique. L’évolution était favorable chez tous les patients. Les médicaments incriminés dans notre série étaient l’amoxicilline, la pristinamycine, la rifampicine, le fluconazole, la metformine, le glimépiride, le phénobarbital, la gabapentine, le fénofibrate, l’ibuprofène, l’allopurinol, le rituximab et la tinzaparine.

Conclusion

Seule l’intégration des éléments anamnestiques, cliniques, biologiques et histopathologiques permet en général de poser précocement le diagnostic d’une vascularite médicamenteuse afin d’instaurer le traitement adapté et prévenir une extension systémique pouvant constituer un élément de mauvais pronostic.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Vascularites, Médicaments, Imputabilité

Keywords : Vasculitis, Drug-induced, Imputability


Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 74 - N° 3

P. 347-354 - juin 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Adverse reactions related to brentuximab vedotin use: A real-life retrospective study
  • Béatrice Clarivet, Laure Vincent, Laurence Vergely, Virginie Bres, Kathleen Foglia, Guillaume Cartron, Dominique Hillaire-Buys, Jean-Luc Faillie
| Article suivant Article suivant
  • Acceptabilité et efficacité des immunothérapies dans le traitement du mélanome
  • Marie-Blanche Valnet-Rabier, Charles Marcucci, Samuel Limat, Siamak Davani, François Aubin, Virginie Nerich

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.