Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Plasticité et « régénérescence » cérébrale dans les hydrocéphalies graves de l’enfant - 07/06/19

Doi : 10.1016/j.neuchi.2019.03.030 
M.S. Diarra , E. Cisse, M. Ouologuem, M. Dama, O. Diallo, D. Kanikomo
 Bamako, Mali 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les hydrocéphalies de l’enfant peuvent revêtir des tableaux cliniques particulièrement graves. Cependant les concepts de régénérescence neuronale et de neuroplasticité changent notre façon de poser un pronostic et de concevoir les fonctions du cerveau.

Matériel et méthodes

Nous avons réalisé une étude descriptive à visée prospective sur 210 enfants opérés et suivis entre 2010 et août 2018. Nous avons sélectionné 35 dossiers d’hydrocéphalies graves dont la sévérité et le mauvais pronostic pré-opératoire ont été déterminés sur des critères clinico-radiologiques La « régénérescence » cérébrale est peu décrite dans la littérature. Nous avons analysé les facteurs pouvant expliquer les évolutions radiologiques et cliniques favorables afin de resituer les limites des indications chirurgicales « classiques ».

Résultats

Tous les enfants avaient une hydrocéphalie compliquée (état général, important PC, hydranencéphalie/quasi absence de parenchyme, abcès ou pyocéphalie, durée pré-hospitalière etc.) et un pronostic défavorable. Malgré tout la demande restait forte pour l’intervention et le briefing était systématique avec la famille. Le suivi postopératoire a été marqué par le décès à moyen terme (quelques mois) de 11 patients (31,4 %), mais surtout des évolutions favorables radiologiques et cliniques évoquant une véritable « régénérescence » cérébrale chez 11 enfants (31,4 %), y compris dans certains cas d’hydranencéphalie.

Conclusion

Malgré le retard diagnostique, le pronostic réservé et des indications plus que limites dans les cas graves d’hydrocéphalies, des évolutions favorables existent dans des cas avec une véritable « repousse cérébrale » radiologique, et une amélioration clinique liées à la neuroplasticité cérébrale de l’enfant.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2019  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 65 - N° 2-3

P. 114-115 - avril 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Ependymomes spinaux de l’enfant. Étude française rétrospective
  • A. Szathmari, M. Zerah, E. Gimbert, F. Di Rocco, C. Mottolese, D. Frappaz
| Article suivant Article suivant
  • Fentes médullaires et syringomyélies, est-il possible de les différencier ?
  • M. Faillot, A. Herbrecht, D. Ducreux, S. Delphine, S. Morar, F. Parker, N. Aghakhani

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.