Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Angiocholites : diagnostic et prise en charge - 14/06/19

Acute cholangitis: Diagnosis and management

Doi : 10.1016/j.jchirv.2019.02.009 
A. Sokal a, A. Sauvanet b, B. Fantin a, c, V. de Lastours a, , c
a Service de médecine interne, hôpital Beaujon, AP–HP, Clichy 92110, France 
b Service de chirurgie hépatique et pancréatique, pôle des maladies de l’appareil digestif, hôpital Beaujon, AP–HP, Clichy 92110, France 
c IAME, UMR 1137 université Paris Diderot et Inserm, Paris 75018, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le vendredi 14 juin 2019

Résumé

L’angiocholite est une infection de la bile et des voies biliaires, secondaire dans la majorité des cas à une obstruction des voies biliaires. Les étiologies en sont multiples, dominées par la maladie lithiasique et les néoplasies. Le diagnostic clinique repose sur la triade de Charcot (douleur, fièvre, ictère) mais sa sensibilité insuffisante a mené à son remplacement par un score plus complexe, ajoutant des données biologiques et radiologiques, validé par les Tokyo Guidelines depuis 2007. En cas de suspicion diagnostique, l’échographie abdominale permet une exploration rapide des voies biliaires mais ses performances diagnostiques sont médiocres, surtout en cas d’obstacle non lithiasique, contrairement à l’IRM pancréato-biliaire et l’écho-endoscopie dont les performances diagnostiques sont excellentes. Le scanner abdomino-pelvien reste néanmoins le plus disponible, avec des performances diagnostiques intermédiaires. La réalisation de prélèvements microbiologiques tels que les hémocultures (positives dans 40 % des cas) et les cultures biliaires est indispensable. En cas d’angiocholite « communautaire », les 2 pathogènes les plus fréquents sont Escherichia coli et Klebsiella spp., justifiant une antibiothérapie probabiliste par céphalosporine de 3e génération. L’intérêt d’une couverture systématique des entérocoques et des anaérobies est encore débattu, habituellement recommandée en cas d’angiocholite associée aux soins, en présence de critères de gravité pour l’entérocoque, et en présence d’une anastomose bilio-digestive pour les anaérobies. L’existence d’une prothèse biliaire est le seul facteur de risque identifié d’infection à bactérie multirésistante. À l’antibiothérapie doit s’ajouter un drainage des voies biliaires endoscopique ou radiologique. Malgré les progrès dans la prise en charge, la mortalité des angiocholites reste d’environ 5 %.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Acute cholangitis is an infection of the bile and biliary tract which in most cases is the consequence of biliary tract obstruction. The two main causes are choledocolithiasis and neoplasia. Clinical diagnosis relies on Charcot's triad (pain, fever, jaundice) but its insufficient sensitivity has led to the introduction of a new score by the Tokyo Guidelines since 2007, which includes biological and radiological data. In case of clinical suspicion, an abdominal ultrasound quickly explores the biliary tract but its diagnostic capacities are poor, especially in case of non-gallstone obstruction, unlike magnetic resonance cholangiopancreatography and endoscopic ultrasound, which diagnostic capacities are excellent. CT scan is however more available with intermediate diagnostic capacities. Bacteriological samplings through blood (positive in 40 % of cases) and bile cultures are essential. The main pathogens found are Escherichia coli and Klebsiella spp., justifying a first-line antimicrobial therapy by a third generation cephalosporin. Coverage of Enterococcus spp. and anaerobes remains debated, only recommended in case of health-care associated cholangitis or signs of severity for Enterococcus and in case of a bilio-digestive anastomosis for anaerobes. The presence of a biliary stent is the only identified risk-factor associated with infections by multidrug resistant pathogens. Along with antimicrobial therapy, biliary drainage, either endoscopic or radiological, is a crucial part of the management. Despite an improved management, mortality of acute cholangitis remains approximately 5 %.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Angiocholite, Étiologie, Épidémiologie, Prise en charge

Keywords : Acute cholangitis, Etiology, Epidemiology, Management


Plan


 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais celle de l’article original paru dans Journal of Visceral Surgery, en utilisant le DOI ci-dessus.


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.