Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Hikikomori : retrait et claustration chez les adolescents et jeunes adultes contemporains - 20/06/19

[37-214-A-60]  - Doi : 10.1016/S0246-1072(19)41506-X 
M. De Luca a, b, c
a Responsable du pôle de psychiatrie et de psychopathologie de l'adolescent et du jeune adulte, Institut MGEN, La Verrière, 78321 Le Mesnil St-Denis, France 
b Professeur associée, Université de Paris, PCPP, 92100 Boulogne-Billancourt, France 
c Directeur de recherche, Laboratoire PCPP EE 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 14
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Dans les années 1990 est apparu au Japon un intérêt grandissant pour les conduites de retrait des adolescents et des jeunes adultes, retirés à leur domicile et évitant ainsi les contacts sociaux, la fréquentation de l'école ou toute activité professionnelle. Cette conduite nommée Hikikomori, littéralement retrait au domicile, est évaluée à environ 1 % de la population de jeunes adultes au Japon. Le Hikikomori au Japon est, pour les autorités, considéré comme une problématique sociale, alors que plusieurs études soulignent qu'il peut s'intégrer à des troubles psychiatriques anxieux, ou psychotiques, à des troubles de la personnalité ou à des troubles envahissant du développement. Une approche psychopathologique transnosographique met en évidence les liens avec les modalités d'attachement, la place de l'inhibition de la passivité de la confrontation à l'idéal. Le Hikikomori a été reconnu par le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders 5 (DSM-5) non pas comme un syndrome culturellement lié puisqu'il est décrit dans de nombreux pays, mais comme un idiome culturel. Il est une forme contemporaine d'expression de la souffrance au passage de l'adolescence à l'âge adulte dans des sociétés où la pression sociale et familiale à réussir est forte. Les modalités diagnostiques comme thérapeutiques ne font pas consensus et font l'objet d'études actuelles y compris dans la prise en compte du retentissement somatique de ces conduites de retrait sévère au domicile.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Hikikomori, Claustration, Retrait, Inhibition, Adolescent


Plan


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Troubles maniacodépressifs à l'adolescence
  • A. Consoli, J. Brunelle, D. Cohen, M. Corcos
| Article suivant Article suivant
  • Psychoses à l'adolescence
  • M. Botbol, R. Jardri, Y. Barrère, M. Speranza

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.