Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prise en charge des condylomes anogénitaux profus de l'enfant par laser CO2 - 26/03/08

Doi : AD-11-2007-134-11-0151-9638-101019-200520005 

A.-M. COLLET-VILLETTE [1],

C. GAUDY-MARQUESTE [1],

J.-J. GROB [1],

M.-A. RICHARD [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 4
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La prise en charge des condylomes anogénitaux de l'enfant peut s'avérer délicate, surtout en cas de lésions profuses, et pose le problème de l'identification du mode de transmission.

Malades et méthodes

Les dossiers de tous les enfants adressés à la plate-forme Laser du CHU de la Conception à Marseille entre 1995 et 2005 pour le traitement de condylomes anogénitaux profus ont été étudiés de façon rétrospective. L'objectif principal était d'évaluer l'efficacité et la tolérance du traitement par laser CO2 des condylomes anogénitaux. L'objectif secondaire était d'étudier le mode de contamination.

Résultats

Dix-sept enfants âgés de 2 à 11 ans ont été pris en charge. Tous ont été examinés de façon standardisée, de même que leur fratrie et parents, avec recherche de signes d'infection à papillomavirus humain et d'éléments en faveur de sévices sexuels. Le traitement par laser était pratiqué par le même opérateur sous anesthésie générale. Pour tous, la cicatrisation a été rapide sans complication ni séquelle fonctionnelle. Deux enfants ont été perdus de vue. Dix enfants (66,7 p. 100 des enfants traités) n'ont présenté aucune récidive après une seule séance de laser CO2. Une contamination verticale a été retenue chez six enfants, une contamination horizontale chez sept enfants. Pour quatre enfants, le mode de contamination est resté inconnu. Aucun cas d'abus sexuel n'a été avéré.

Conclusion

Le caractère indolore du traitement par laser CO2, la rapidité de la cicatrisation, le faible taux de complication et de récidive, et le risque cicatriciel minime en font une technique de choix pour la prise en charge des condylomes anogénitaux profus de l'enfant. La contamination verticale est la plus fréquente et les sévices sexuels qui doivent toujours être recherchés restent rares.

Abstract

Carbon dioxide laser therapy for anogenital warts in children.

Background

Management of anogenital condylomas in children can be delicate especially in the event of profuse lesions and raises the issue of identification of the mode of contamination.

Patients and methods

The dossiers of all children referred to the laser unit of “La Conception” University Teaching Hospital in Marseille between 1995 and 2005 for treatment of profuse anogenital condylomas were studied retrospectively. The main objective was to evaluate the efficacy and tolerability of CO2 laser treatment for anogenital condylomas. The secondary objective was to invstigate the mode of contamination.

Results

Seventeen children aged 2-11 years were treated. All were examined in routine fashion, as were their parents and siblings, for signs of PVH infection and sexual abuse. Laser was performed by the same operator under general anaesthesia. For all of these children, healing was rapid and without complication or functional sequelae. Two children were lost to follow-up. Ten children (66.7% of the treated children) presented no recurrence after only one session of CO2 laser. Vertical transmission was diagnosed for 6 children and horizontal transmission for 7 children. For 4 children, the mode of contamination remained unknown. No cases of sexual abuse were proven.

Conclusion

Due to its painless nature, rapid healing, low rate of complications and recurrence, and minimal risk of scarring, CO2 laser is an effective treatment for the management of profuse anogenital condylomas in children. Vertical transmission is the most frequent mode of contamination and sexual abuse remains rare, although clinicians must keep this possibility in mind.


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 134 - N° 11

P. 829-832 - novembre 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Folliculites à Malassezia
  • A. LÉVY, M. FEUILHADE de CHAUVIN, L. DUBERTRET, P. MOREL, B. FLAGEUL
| Article suivant Article suivant
  • Stress et dermatite séborrhéique
  • L. MISERY, S. TOUBOUL, C. VINÇOT, S. DUTRAY, G. ROLLAND-JACOB, S.-G. CONSOLI, Y. FARCET, N. FETON-DANOU, F. CARDINAUD, V. CALLOT, C. DE LA CHAPELLE, D. POMEY-REY, S.-M. CONSOLI,

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.