Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Infections à méningocoques - 28/08/19

[8-013-A-10]  - Doi : 10.1016/S1166-8598(19)86663-2 
M.-K. Taha
 Unité des infections bactériennes invasives, Centre national de référence des méningocoques et d'Haemophilus influenzae, Institut Pasteur, 28, rue du Docteur-Roux, 75724 Paris cedex 15, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 13
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Résumé

Neisseria meningitidis est une bactérie à Gram négatif, capsulée et rencontrée uniquement chez l'homme. Elle colonise les surfaces muqueuses (le rhinopharynx mais aussi la voie génito-urinaire) avec 10 % de portage rhinopharyngé asymptomatique dans la population générale. Cette bactérie est aussi responsable d'infections invasives graves, à potentiel épidémique (méningite et septicémie, mais également arthrite, péricardite, pneumonie invasive, voire fasciite nécrosante). Les présentations cliniques initiales sont variables et peuvent prendre la forme d'un syndrome abdominal. La capsule du méningocoque détermine son sérogroupe. Six sérogroupes sont le plus rencontrés dans les infections invasives à méningocoques dans le monde (A, B, C, Y, W et X). Le sérogroupe B est le plus fréquent en France mais sa part est en diminution. Le sérogroupe C reste stable (environ 25 % des cas en 2017) mais le nombre de cas chez les nourrissons de moins de 1 an diminue. Les sérogroupes W et Y sont en augmentation et représenteraient 31 % en 2017. L'incidence la plus élevée est observée chez les nourrissons, avec un deuxième pic chez les adolescents et un troisième pic chez les sujets âgés, avec souvent des formes respiratoires invasives dues aux souches du sérogroupe Y. La létalité globale est de 10 % mais est plus élevée en présence d'un purpura fulminans imposant une prise en charge rapide par les céphalosporines de troisième génération. Les mesures préventives dans l'entourage du malade sont assurées par l'antibioprophylaxie parfois complétée d'une vaccination. Des vaccins conjugués contre les sérogroupes A, C, W et Y sont disponibles ainsi que des vaccins protéiques contre les souches du méningocoque B.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Méningite, Diagnostic, Antibiotiques, Épidémie, Réanimation, Sepsis, Vaccination, Prophylaxie


Plan


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Infections à pneumocoques
  • C. Janoir, E. Varon
| Article suivant Article suivant
  • Coqueluche : physiopathologie, diagnostic et prévention
  • N. Guiso

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.