Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Is chemotherapy rechallenge feasible in advanced-stage non-small-cell lung cancer? - 05/09/19

La réintroduction de chimiothérapie est-elle faisable au cours du traitement du cancer pulmonaire non à petites cellules de stade avancé ?

Doi : 10.1016/j.bulcan.2019.04.010 
Xavier Mignard 2, Anne-Marie Ruppert 1, Armelle Lavolé 1, Thibault Vieira 3, Nathalie Rozensztajn 1, Jacques Cadranel 1, Marie Wislez 1, 2,
1 AP–HP, Tenon university hospital, pneumology department, 75970 Paris, France 
2 Sorbonne université, UPMC Univ Paris 06, GRC no 04, Theranoscan, 75252 Paris, France 
3 Institut Mutualiste Montsouris, pneumology department, Paris, France 

Marie Wislez, AP–HP, Tenon university hospital, pneumology department, 75970 Paris, France.AP–HP, Tenon university hospital, pneumology departmentParis75970France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 9
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Summary

Background

Despite recent progress, non-small cell lung cancer (NSCLC) first-line treatment remains a platinum-based doublet in most cases. No guidelines exist beyond third line. Chemotherapy rechallenge is an option, but little data is available in NSCLC. Our study aims to describe patients who underwent chemotherapy rechallenge while assessing its efficacy and safety.

Methods

Consecutive patients with advanced-stage NSCLC receiving first-line treatment in Tenon hospital in 2011 were included, with a 5-year follow-up. Patients were analyzed according to chemotherapy rechallenge or not. Chemotherapy rechallenge was defined as re-initiation of a previously administered chemotherapy agent at any point in the treatment sequence, with at least one treatment regimen between first use and rechallenge.

Results

Of 149 patients, 18 underwent chemotherapy rechallenge (12%). They were younger (56 vs. 61 years, P=0.04), mostly women (61% vs. 30%, P=0.02), with lepidic adenocarcinoma (23% vs. 3.5%, P=0.03), a better general state of health (100% performance status 0–1 vs. 74%, P=0.04), and fewer cardiovascular comorbidities (16% vs. 42%, P=0.04). They were more likely to have received a receptor tyrosine kinase inhibitor treatment (89% vs. 43%, P=0.0003). Progression-free survival was longer at first use than at rechallenge (median 9.2 vs. 2.7 months, P=0.002). No increased toxicity was observed at rechallenge compared to first use. Finally, a subsequent line of treatment was given after rechallenge in 61% of the patients.

Conclusion

Patients eligible for chemotherapy rechallenge were those with good prognostic factors. Chemotherapy rechallenge may provide a well-tolerated additional line of treatment, with decreased efficacy compared to its first application.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

Malgré des progrès récents, le traitement de première ligne des cancers bronchopulmonaires non à petites cellules (CBNPC) reste majoritairement un doublet à base de platine. Il n’existe pas de recommandations après la troisième ligne. La réintroduction de chimiothérapie est une option, mais peu de données sont disponibles. Notre étude vise à décrire les patients ayant eu une réintroduction de chimiothérapie, ainsi que sa faisabilité et sa tolérance.

Méthodes

Les patients consécutifs avec un CBNPC de stade avancé ayant reçu un traitement de première ligne à l’hôpital Tenon en 2011 ont été inclus. Ceux ayant eu une réintroduction de chimiothérapie ont été comparés aux autres. Celle-ci était définie par la réutilisation d’un agent de chimiothérapie utilisé antérieurement, avec au moins une ligne entre la primo-utilisation et la réutilisation.

Résultats

Parmi 149 patients, 18 ont eu une réintroduction de chimiothérapie (12 %). Ils étaient plus jeunes (56 ans vs 61 ans, p=0,04), de sexe féminin (61 % vs 30 %, p=0,02), avec un adénocarcinome lépidique (23 % vs 35 %, p=0,03), un meilleur état général (PS 0–1 : 100 % vs 74 %, p=0,04) et moins de comorbidités cardiovasculaires (16 % vs 42 %, p=0,04). La survie sans progression était plus longue à la primo-utilisation qu’à la réintroduction (médiane 9,2 mois vs 2,7, p=0,002). Il n’y avait pas de surcroît de toxicité à la réintroduction. Enfin, une ligne supplémentaire était possible après réintroduction chez 61 % des patients.

Conclusion

La réintroduction de chimiothérapie fournit une ligne supplémentaire de traitement bien tolérée, avec une efficacité moindre par rapport à la primo-utilisation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : NSCLC, Chemotherapy, Rechallenge

Mots clés : CBNPC, Chimiothérapie, Ré-introduction


Plan


© 2019  Société Française du Cancer. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 106 - N° 9

P. 725-733 - septembre 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La réévaluation de dose : une réponse au coût élevé des médicaments utilisés en oncologie ?
  • Dominique Levêque
| Article suivant Article suivant
  • Impact d’une organisation régionale coordonnée pour sécuriser la prise en charge des patients sous anticancéreux oraux : CHIMORAL, une étude comparative
  • Christophe Maritaz, Nathalie Gault, Carine Roy, Florence Tubach, Sylvie Burnel, Jean-Pierre Lotz, CHIMORAL

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.