Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Soigner sans contention physique, quels enjeux psychiques ? De la contention à la contenance - 08/09/19

Care without mechanical restraint – the challenges. From mechanical restraint to containing function

Doi : 10.1016/j.evopsy.2019.06.005 
Victoria Isabel Fernández a, , b  : Psychologue clinicienne, Chargée d’enseignement, Sophie Karavokyros c : Documentaliste, Frédérique Lagier a : Psychiatre, Chef de service, Laurent Bauer a : Assistant Spécialiste en psychiatrie, Christian Védie a : Psychiatre
a Secteur 13G08, centre hospitalier Valvert, 78, boulevard des Libérateurs, 13391 Marseille cedex 11, France 
b Aix Marseille université, LPCPP, EA 3278, 29, avenue Robert-Schuman, 13621 Aix-en-Provence cedex 1, France 
c Centre Hospitalier Valvert, 78, boulevard des Libérateurs, 13391 Marseille cedex 11, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 16
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

À travers une brève histoire de la contention et de son usage actuel en psychiatrie, il s’agira de questionner les implications de cet usage, de revenir sur son effet néfaste d’un point de vue clinique et éthique et de discuter les possibilités et les conséquences d’une pratique sans contention.

Méthode

Ce texte s’appuie sur des publications scientifiques et les dernières études européennes sur l’usage de la contention physique ainsi que sur l’expérience clinique dans un Centre hospitalier spécialisé du sud-est de Marseille.

Résultats

L’usage de la contention physique ravive des controverses et ne présente pas d’effets thérapeutiques avérés. Plusieurs études mettent en avant que les stratégies les plus efficaces pour éviter le recours à la contention sont en lien avec l’environnement institutionnel mais aussi avec la formation et le nombre suffisant de personnels soignants par rapport au nombre des patients ainsi qu’avec une politique de unité ouverte.

Discussion

Suite à un abandon progressif de son usage en psychiatrie dans les années 1960, au fil des réformes en Europe et particulièrement en France, le soin psychiatrique est entré insidieusement dans un processus sécuritaire. Dans ce climat de raidissement, les pratiques d’isolement et de contention se banalisent dans les hôpitaux psychiatriques. Selon les dernières « recommandations » son usage doit être « limité », au risque d’une aggravation de la situation. Voici le paradoxe, on préconise une pratique dont on reconnaît les effets délétères.

Conclusion

Les injonctions sécuritaires ne sont certainement pas seules en cause, et la résurgence de la contention mécanique peut également s’interpréter comme l’une des conséquences fatale du glissement de la psychiatrie vers une médecine objective sans sujet, évacuant la relation et la parole.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Aims

Via a brief history of mechanical restraint and its current use in psychiatry, we discuss its implications, its negative impact and the scope for and the consequences of non-restraint in clinical practice.

Methods

We conducted a literature review to analyze mechanical restraint use in Europe and also made use of clinical experience in a psychiatric hospital in Marseille, France.

Results

The use of mechanical restraint is controversial and its therapeutic benefits remain unsubstantiated. Research suggests that the most efficient strategies to avoid physical restraint include a better working environment, better staff training, improved staff-to-patient ratio, and implementation of an open-door policy.

Discussion

Despite a gradual reduction in the use of mechanical restraint in psychiatry in the 1960s, as reforms progressed in Europe and particularly in France, psychiatric departments today have to cope with new security issues. In this context, coercive physical measures and isolation strategies have increased. There are even “recommendations” about limiting the use of restraint, so as to avoid aggravating situations. This is a paradoxical situation, since it supports a practice whose deleterious effects are recognized.

Conclusions

The increasing use of physical restraint in the management of psychiatric patients is not attributable solely to security and legal considerations. The phenomenon can also be interpreted as an evolution of psychiatry from a practice based on a relationship and talking therapy to a more objective practice, where subjectivity and the spoken word seem to be ignored.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Contention mécanique, Psychiatrie, Fonction contenante, Ambiance, Institution

Keywords : Mechanical restraint, Psychiatry, Holding, Atmosphere, Psychiatric hospital


Plan


 Toute référence à cet article doit porter mention : Fernández VI, Karavokyros S, Lagier F, Bauer L, Védie C. Soigner sans contention physique, quels enjeux psychiques ? De la contention à la contenance. Evol psychiatr 2019; 85(3): pages (pour la version papier) ou URL [date de consultation] (pour la version électronique).


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 84 - N° 3

P. 435-450 - septembre 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les dynamiques du trauma à l’acte chez les auteurs de violence
  • Aurore Gougain, Marion Robin
| Article suivant Article suivant
  • Le trauma de guerre comme moteur d’écriture : analyse patho-littéraire et psycholinguistique de Louis-Ferdinand Céline
  • Yann Auxéméry

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.