Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Continuité des processus cognitifs et discontinuité des émergences subjectives - 08/09/19

The continuity of cognitive processes and the discontinuity of subjective emergences

Doi : 10.1016/j.evopsy.2019.03.005 
Yann Hermitte a, , b, c  : Psychologue clinicien, Psychothérapeute CMPP, Docteur (PhD), Diplomé, Chargé d’enseignement
a C.M.P.P. Nord Franche-Comté, 1, Rue Olympe-de-Gouges, 90000 Belfort, France 
b Université Bretagne Loire Rennes 2, EA 4050, Rennes, France 
c Université de Franche-Comté, EA 3188, 30-32, Rue Mégevand, CS 81807, 25030 Besançon cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 12
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Cet article vise à interroger, au-delà des débats de postures, certaines des avancées faites en neurosciences ces dernières décennies et les théories générales du cerveau qui en émergent, telle la proposition de J.-P. Changeux, S. Dehaene et L. Naccache d’un Global Workspace. Cette dernière peut être mise en tension avec les théories proposées par la psychanalyse depuis Freud, notamment autour de la question de la subjectivité, véritable point de jonction entre ces approches définitivement contemporaines de l’être humain.

Méthode

Il convient ici d’opérer une véritable étude didactique des propositions aussi bien neuroscientifiques que psychanalytiques afin de pouvoir en questionner les axiomes fondamentaux comme l’inconscient — véritable point de rencontre entre ces deux champs. À la suite de cela, sans chercher ni un consensus ni la démonstration de l’une par l’autre, il s’agit d’extraire de ces théories respectives et de leur rencontre ce qui semblent pertinent de conserver à propos de l’émergence d’une subjectivité.

Résultats

Cette traversée des résultats concrets de la science permet de questionner ces théories nouvelles, tout en offrant la possibilité d’observer un prolongement possible vers la psychanalyse et plus largement, vers une certaine tradition dans les approches psychodynamiques. Il apparaît ainsi que la prise en compte de ces résultats expérimentaux de laboratoire, pourtant initialement éloignés des problématiques liées au fonctionnement de la subjectivité, nous amènent à repérer des points de jonction et des perspectives riches.

Discussion

Les notions de continuité et de discontinuité deviennent alors un support nécessaire à ce questionnement et ce croisement des regards entre science et psychanalyse. D’un fonctionnement neuronal objectif et spécifique, il devient possible d’aboutir à de véritables constructions théoriques sur l’apparition d’une subjectivité. Et ces nouveaux monismes, en convoquant des phénomènes comme la conscience et l’inconscient pour interpréter leurs résultats, semblent trouver en la psychanalyse une interlocutrice des plus pertinentes.

Conclusion

L’effervescence de la science contemporaine offre ainsi une multitude de champs nouveaux pour la recherche dont il s’agit de se saisir en « sciences humaines ». À ce titre, grâce, entre autres, à ces avancées des sciences dites « du vivant », des approches perçues comme plus anciennes, voire surannées, telle que la psychanalyse, y trouvent et y montrent, si cela devait s’avérer nécessaire, leur remarquable modernité.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Aims

Beyond the animated discussion between psychoanalysts and scientists, this article sets out to explore certain advances in the neurosciences and the general theories of the brain emerging from them, such as the Global Workspace, developed by J.-P. Changeux, S. Dehaene and L. Naccache. This approach can be set against the theories that have been proposed by psychoanalysis since Freud, in particular on the issue of subjectivity, a veritable meeting point between these very contemporary approaches to human beings.

Method

The first step is to conduct a didactic study of the proposals of the neurosciences and psychoanalysis so as to explore the fundamental axioms, such as the unconscious — which is a point of encounter between the two. Then, without seeking any consensus nor any demonstration of one by the other, we need to extract what it appears relevant to retain from the respective theories regarding the emergence of subjectivity.

Results

This overview of the concrete results obtained by science provides scope for the exploration of the new theories, while at the same time pointing towards a possible extension towards psychoanalysis, and more broadly towards certain traditions in the psychodynamic approaches. It thus appears that taking account of these experimental laboratory results, although they were initially far removed from the issues of subjectivity, enables points of encounter opening up interesting perspectives to be identified.

Discussion

The notions of continuity and discontinuity then appear as legitimate elements in this exploration and this encounter between the viewpoints of science and those of psychoanalysis. Starting from objective, specific neuronal functionings, it is then possible to derive theoretical constructions on the emergence of subjectivity. These new approaches, calling on phenomena such as the conscious and the unconscious to interpret results, could find interesting answers in psychoanalysis.

Conclusion

The prolific activity of contemporary science thus offers numerous new fields of research that can be valuable in the human sciences. Thus, in particular on the basis of life science research, approaches that could appear out-dated, like psychoanalysis, can re-emerge as remarkably modern.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Inconscient, Conscience, Continuité, Discontinuité, Global Workspace, Subjectivité, Neurosciences, Psychanalyse

Keywords : Unconscious, Consciousness, Continuity, Discontinuity, Global Workspace, Subjectivity, Neurosciences, Psychoanalysis


Plan


 Toute référence à cet article doit porter mention : Hermitte Y. Continuité des processus cognitifs et discontinuité des émergences subjectives. Evol Psychiatr 2019;84(3):pages (pour la version papier)ou URL [pour la version électronique].


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 84 - N° 3

P. 500-511 - septembre 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Place de l’hystérie dans les nosographies psychopathologiques et les approches psychodynamiques contemporaines
  • Claire Rodrigues, Claude de Tychey
| Article suivant Article suivant
  • Histoire, littérature et psychiatrie. Jean Starobinski (1920–2019)
  • Hervé Guillemain

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.