Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Neurofibromatose de type I segmentaire : à propos d’une localisation orbito-temporale - 29/03/08

Doi : JFO-11-2007-30-9-0181-5512-101019-200600594 

R. Montard [1],

C. Putz [1],

M. Barrali [1],

B. Kantelip [2],

M. Montard [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Neurofibromatose de type I segmentaire : à propos d’une localisation orbito-temporale

Introduction : La neurofibromatose de type 1 ou maladie de Recklinghausen est une maladie autosomique dominante à pénétration totale, mais avec de grandes variations phénotypiques inter- et intra familiales reflétant en partie les différentes mutations.

Observation : Nous présentons le cas d’une femme, âgée de 64 ans, atteinte d’une maladie de Recklinghausen avec un volumineux neurofibrome plexiforme orbito-temporal droit. Le scanner cranio-facial mettait en évidence une tumeur temporale droite associée à une extension intra-orbitaire responsable d’une exophtalmie et une extension intra-sinusienne, mais sans atteinte cérébrale. Le diagnostic de neurofibromatose de type 1 segmentaire fut posé devant cette atteinte strictement unilatérale, en dehors de tout contexte familial et d’atteinte systémique. Sur le plan thérapeutique, une réduction du volume tumoral et une exentération furent réalisées, ce qui nous permit de faire un examen anatomopathologique. L’histologie confirmait l’absence clinique de nodules de Lisch, mais ne montrait pas de prolifération des cellules de la crête neurale au niveau de la choroïde responsable d’une hyperplasie. L’immuno-marquage de la neurofibromine, sur les coupes histologiques, mit en évidence des cellules glandulaires saines prenant le colorant au côté de cellules de Schwann et de mélanocytes atteints de la mutation, faisant suspecter la présence d’une mosaïque somatique cellulaire.

Discussion/Conclusion : Nous proposons l’hypothèse que l’absence de développement tumoral de l’hyperplasie est due à une autorégulation des cellules saines vis-à-vis des cellules pathologiques dans ce micro-environnement. Seule l’analyse chromosomique peut permettre de confirmer la mosaïque somatique que nous avons mise en évidence chez cette patiente.

Abstract

Orbitotemporal segmental neurofibromatosis

Introduction: Neurofibromatosis is a rare pathology with heterogeneous clinical presentation.

Observation: We report a case of a right orbitotemporal plexiform neurofibroma in a 64-year-old woman with von Recklinghausen’s neurofibromatosis. A craniofacial CT scan, with injection, showed a heterogeneous tumor in front of the skull base and the temporoparietal bone with no intracranial extension but an extension into the maxillary sinus and nasal cavity. In summery, she presented orbitotemporal segmental neurofibromatosis type 1 because of the unilateral lesion. She had a first surgery to remove her jugal and preauricular tumor with an exenteration, which provided an eye histology. The histology found no Lisch nodules but a cellular proliferation causing choroidal hyperplasia. We noted neurofibromin on choroidal cells and normal cells in addition to pathologic cells (Schwann cells and melanocytes), meaning that two cell populations were obtained in the same tissue: a somatic mosaicism.

Discussion/Conclusion: We advance the hypothesis that there was a regulation of cellular growth in a particular microenvironment because of the absence of tumor. To identify and confirm the somatic mosaicism, we would need a FISH analysis (probes containing sequences of the NF1 gene with a probe specific for the chromosome 17 centromere).


Mots clés : Neurofibromatose , hyperplasie choroïdienne , mosaïque somatique

Keywords: Neurofibromatosis , choroidal hyperplasia , somatic mosaicism


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 9

P. 938-941 - novembre 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Kératite fongique à Scedosporium apiospermum
  • C. Ponchel, S. Cassaing, M.-D. Linas, J.-L. Arné, P. Fournié
| Article suivant Article suivant
  • Taches blanches albinoïdes congénitales groupées de l’épithélium pigmentaire de la rétine
  • H. Offret, M. Offret, O. Offret, M. Labetoulle

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.