Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Tolérance des prothèses utilisées lors de la cure de prolapsus génitaux par voie vaginale. À propos de 317 cas - 29/03/08

Doi : 10.1016/j.jgyn.2007.05.005 

H. Foulques

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Résumé

But

Donner les résultats d'une technique de cure de prolapsus par voie vaginale avec utilisation de prothèse de polypropylène et étudier les complications et leur prise en charge, en particulier les troubles sexuels.

Matériel et méthodes

Étude prospective sur 48 mois de 317 patientes chez qui a été réalisée la pose d'une prothèse antéropostérieure fixée, en avant, à l'arc tendineux et, en arrière, aux muscles releveurs, associée à la réalisation d'une hystérectomie vaginale (75 % des cas). En cas d'antécédents chirurgicaux gynécologiques, pose isolée d'une bandelette antérieure ou postérieure (25 % des cas).

Résultats

Les résultats fonctionnels sont bons (absence de récidive d'un prolapsus du troisième degré dans 93 % des cas). Le nombre d'expositions de prothèses est de 62 (19 %). Lorsqu'elles sont asymptomatiques (38 patientes dont 29 suivies au moins un an), elles n'ont pas nécessité de traitement chirurgical. Chez les femmes ayant des rapports sexuels, elles ont été mal supportées avec dyspareunie (30 cas), comme les rétractions de bandelettes (quatre cas). Ces complications ont nécessité 38 réinterventions.

Conclusion

Le risque de dyspareunie est réel lors de la pose de bandelettes synthétiques. Chez les femmes sexuellement actives, il faut donc comparer le rapport bénéfices/risques de leur utilisation avec celui d'autres techniques (par exemple promontofixation par cœlioscopie). Toutefois, notre étude tend à confirmer l'intérêt de la mise en place de bandelettes synthétiques chez la femme âgée qui n'a plus de rapport sexuel, l'éventuelle exposition ultérieure de la bandelette n'entraînant alors pas de complications.

Abstract

Abstract

Objectives

To give the results of a prosthetic technique in genital prolapse surgery using a polypropylene mesh and study the complications and their treatment, mainly sexual discomfort.

Materials and methods

A prospective study conducted over a 48-month-period in 317 patients. Surgery included fixing of an anterio-posterior mesh to the tendinous arc at the front and to the levator ani at the rear, after vaginal hysterectomy (in 75% of the cases). In the event of previous surgery, a single anterior or posterior mesh was used (in 25% of the cases).

Results

The functional results are good (no 3rd grade prolapse relapse in 93% of the cases). Prosthetic exposition occurred in 62 patients (19%) and did not need surgical treatment when asymptomatic (38 patients followed at least for one year in 29 cases). On the other hand, women with normal sexual function previous to surgery showed discomfort (dyspareunia) when complications occurred such as exposition (24%) and mesh retraction (3%). Thirty-eight new surgical procedures were necessary in these patients.

Conclusion

Dyspareunia may occur after use of prosthetic reinforcement. One must certainly hesitate to propose this type of surgical approach for sexually active women without comparison with other surgical techniques (such as laparoscopic sacropexy). On the other hand, the use of mesh in vaginal surgery for genital prolapse appears to be useful and safe in elderly women who have no more sexual activity.


Mots clés : Chirurgie vaginale , Treillis de polypropylène , Exposition de prothèse , Troubles sexuels , Dyspareunie

Keywords: Vaginal surgery , Prosthesis exposure , Dyspareunia , Polypropylene mesh


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° 7

P. 653-659 - novembre 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le syndrome prémenstruel : revue générale
  • F. Zaafrane, R. Faleh, W. Melki, M. Sakouhi, L. Gaha
| Article suivant Article suivant
  • Nécrose cutanée de la paroi abdominale : à propos d'un cas de syndrome de Münchausen
  • C. Dechanet, O. Dubon, N. El Gareh, P.-L. Giacalone

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.