Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Glycopeptides et lipopeptides - 20/11/19

[8-004-L-10]  - Doi : 10.1016/S1166-8598(19)86654-1 
N. Bourgeois-Nicolaos  : Maître de conférence des Universités, praticien hospitalier, C. Guillet-Caruba : Praticien hospitalier
 Service de bactériologie et hygiène, Hôpital Antoine-Béclère, AP-HP, 157, rue de la Porte-de-Trivaux, 92141 Clamart cedex, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Les glycopeptides constituent une famille d'antibiotiques dont les deux principaux représentants en médecine humaine sont la vancomycine et la teicoplanine. Ils agissent en inhibant la synthèse de la paroi bactérienne en bloquant la synthèse du peptidoglycane. Leur spectre d'action est étroit, dirigé contre les bactéries à Gram positif. Ils sont réservés aux traitements des infections graves documentées ou présumées à des bactéries à Gram positif résistantes aux bêtalactamines ou chez des patients allergiques aux bêtalactamines. Des dérivés lipoglycopeptidiques semi-synthétiques de deuxième génération tels que la télavancine, la dalbavancine, et l'oritavancine ont été développés. Seules la dalbavancine et l'oritavancine ont une autorisation de mise sur le marché dans les infections compliquées de la peau et des tissus mous (IcPTM) en France. Ces molécules comparées aux glycopeptides possèdent un spectre d'activité plus large, notamment sur les cocci à Gram positif multirésistants, et des propriétés pharmacocinétiques améliorées. La daptomycine, seul représentant de la classe des lipopeptides, a l'autorisation de mise sur le marché dans le traitement des IcPTM ainsi que dans le traitement des bactériémies et des endocardites infectieuses du cœur droit. L'émergence de la résistance aux glycopeptides a été décrite en fin des années 1980 chez les entérocoques puis chez les staphylocoques. Pour la daptomycine, elle est décrite dans la littérature ; cependant, elle reste rare en clinique. Dans un souci de maîtrise de la résistance des bactéries aux antibiotiques, l'usage de ces molécules doit être parcimonieux et correspondre à des indications bien précises.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Vancomycine, Teicoplanine, Télavancine, Dalbavancine, Oritavancine, Daptomycine, Staphylococcus aureus résistant à la méticilline, Entérocoque résistant à la vancomycine


Plan


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Rifamycines
  • L. Letranchant, C. Rabaud, T. May
| Article suivant Article suivant
  • Kétolides
  • N. Viget, L. Legout, S. Alfandari

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.