Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Risques d’hyponatrémie sévère chez les enfants perfusés par des solutés hypotoniques - 01/12/19

Risks of severe hyponatremia in children receiving hypotonic intravenous fluids

Doi : 10.1016/j.banm.2019.10.004 
J.-C. Mercier
 47, rue Copernic, 75116 Paris, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les solutés de perfusion sont fréquemment utilisés chez les enfants hospitalisés. L’administration de solutés hypotoniques par voie intraveineuse a longtemps constitué la référence en pédiatrie. Cela peut s’expliquer par l’empirisme des recommandations initiales qui ont prôné l’utilisation préférentielle de solutés glucosées, mais hypotoniques du fait d’un contenu insuffisant en sodium. Le risque d’hyponatrémie (< 135mmol/L) peut être accru par la survenue d’un syndrome de sécrétion inappropriée d’hormone antidiurétique (SIADH) au cours de pathologies aiguës (bronchiolite, gastro-entérite, etc.). L’hyponatrémie sévère (< 130mmol/L) expose à de graves complications neurologiques, responsables parfois de lourdes séquelles ou du décès. Au cours des dernières années, le risque d’hyponatrémie lié à l’utilisation de solutés hypotoniques a été dénoncé, des progrès sont intervenus dans la compréhension de l’œdème cérébral et du syndrome de démyélination osmotique, enfin des essais randomisés ont apporté la preuve de la supériorité des solutés isotoniques sur les solutés hypotoniques. Cependant, les pratiques n’ont guère évolué en France, comme en attestent une enquête sur les hyponatrémies menée à l’hôpital Louis Mourier (Colombes) et l’analyse des commandes de solutés pour perfusion à l’Assistance publique–hôpitaux de Paris en 2017. Aussi, il serait souhaitable que des recommandations françaises soient émises et soutenues par l’Académie nationale de médecine.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Intravenous fluids are frequently used in hospitalized children. The administration of hypotonic intravenous fluids has been the standard in pediatrics for many years. This might be explained by the empirism of early recommendations favoring fluids with dextrose, but insufficient amount of sodium. The risk of hyponatremia (<135mmol/L) might be increased by the occurrence of the syndrome of inappropriate secretion of antidiuretic hormone (SIADH) in the course of common acute diseases (e.g., bronchiolitis, acute gastro-enteritis, etc.). Severe hyponatremia (<130mmol/L) is often associated with neurologic complications leading to sequelae or even death. Over the last years, hyponatremia-induced by hypotonic fluids has been reported in many publications, significant progress has been made in the understanding of cerebral edema and osmotic demyelination, and several randomized clinical trials have shown weak but significant evidence that isotonic fluids were superior to hypotonic ones to prevent hyponatremia. However, clinical practices seem not to have much changed in France, as suggested by both a survey performed at Louis Mourier Hospital and the analysis of intravenous fluids ordered at the Assistance publique–hôpitaux de Paris (AP–HP) central pharmacy, in 2017. Thus, national guidelines need to be released and endorsed by the French National Academy of Medicine.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Hyponatrémie, Complications neurologiques, Enfant, Solutés de perfusion intraveineuse

Keywords : Hyponatremia, Neurological complications, Children, Intravascular fluids


Plan


 Séance du 25 juin 2019.


© 2019  l'Académie nationale de médecine. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 203 - N° 8-9

P. 706-714 - novembre 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Données récentes sur la physiopathologie et les approches thérapeutiques des lymphomes T cutanés épidermotropes
  • M. Bagot
| Article suivant Article suivant
  • Huguier M. Henri II, Catherine de Médicis, Diane de Poitiers et la Renaissance. Ed. FiacreParis (2019). [379 pp.]
  • A. Durrleman

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.